Un djihadiste syrien interpellé à Marseille par l'OCLCH

auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le

Un djihadiste syrien, ancien porte-parole du groupe islamiste Jaysh Al-Islam, a été interpellé à Marseille, le 29 janvier, par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre, avec l'appui des gendarmes de la section de recherches de Marseille, du GIGN et du groupe d'observation et de surveillance des Bouches-du-Rhône.

C'est au terme de minutieuses recherches, menées avec deux autres ONG (Ligue des droits de l'Homme et Centre syrien des médias), que la Fédération internationale des droits de l'Homme parvient à localiser un ancien porte-parole du groupe islamiste syrien Jaysh Al-Islam, dans le sud de la France.

Informé le 10 janvier dernier, le pôle crimes contre l'humanité et crimes de guerre du Parquet national antiterroriste se saisit alors du dossier, qu'il confie à l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCH).

Après une enquête approfondie, l'homme, âgé de 31 ans et présent sur le sol français au titre d’un visa Erasmus, est interpellé à Marseille le 29 janvier dernier, lors d'une opération judiciaire conduite par les enquêteurs de l'OCLCH, avec l'appui des militaires de la section de recherches de Marseille, du GIGN et du groupe d'observation et de surveillance des Bouches-du-Rhône.

Au terme de quarante-huit heures de garde à vue, il est mis en examen, notamment pour « actes de torture et complicité », « crimes de guerre » et « complicité de disparitions forcées », et écroué.