Actualités

Présentation du Schéma national d'intervention

Auteur : la capitaine Gaëlle Pupin - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Devant gendarmes et policiers des forces d'intervention, le ministre de l'Intérieur présente le nouveau schéma d'intervention national.
© MI Dicom - J. Groisard

Dévoilé le 19 avril 2016, ce schéma détermine les modalités d'action des forces d'intervention de la gendarmerie et de la police en cas d'attaque terroriste.

Pour répondre aux besoins d'urgence et d'efficacité engendrés par une menace terroriste protéiforme, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur a souhaité

« l'élaboration et la mise en œuvre d'une nouvelle doctrine d'intervention, reposant sur un nouveau schéma national de mobilisation des forces en cas de tuerie de masse ou planifiée ».

Le dispositif présenté repose sur trois piliers :

  • L'intervention élémentaire. Elle concerne les gendarmes des brigades territoriales, « premiers à parvenir immédiatement sur les lieux et à faire face aux terroristes ». Le ministre a tenu à rappeler l'effort consenti en matière de recrutement : « D'ici la fin du quinquennat, ce sont 9 000 emplois supplémentaires qui auront été créés dans la gendarmerie et la police. »
  • L'intervention intermédiaire. Elle concerne les 150 Psig Sabre, « sélectionnés en fonction de leur répartition stratégique sur le territoire et renforcés en conséquence ». Ces unités de proximité assurent la primo-intervention dans les meilleurs délais. Le ministre a souligné le renforcement de la formation et des moyens matériels dont ces unités ont fait l'objet.
  • L'intervention spécialisée. Elle concerne le GIGN et les PI2G (qui reçoivent la dénomination « d'antennes GIGN »). Ces effectifs « au niveau d'expertise extrêmement élevé, entrent en action, pour procéder à l'assaut final qui doit permettre de neutraliser les terroristes ou les preneurs d'otages de manière définitive, tout en déjouant ou en contournant les éventuels obstacles ».

Bernard Cazeneuve félicite les militaires du Gign pour leur manœuvre dans le cadre de l'exercice commun à la gare Montparnasse. 

© MI Dicom - F. Pellier

Outre le rôle respectif joué par les différents échelons, le schéma national d'intervention définit également les modalités de coopération et le partage des compétences entre les forces. C'est ainsi qu'une procédure d'urgence absolue permet aux unités d'intervention spécialisée et aux unités d'intervention intermédiaire les plus proches du lieu où l'attentat a été commis d'intervenir, « sans avoir à se préoccuper de la zone de compétence ou du découpage administratif entre police et gendarmerie ». De même, une procédure dite du concours capacitaire permet la mutualisation des capacités.

« Nous disposons désormais, conclut le ministre, d'une doctrine d'intervention commune à l'ensemble des forces et reposant sur un véritable continuum global de mobilisation et de gestion de crise, depuis l'échelon de proximité jusqu'aux forces spécialisées. »

Un exercice commun (GIGN, Raid, BRI) de neutralisation de terroristes et de libération d'otages a été réalisé le soir même, au sein de la gare Montparnasse, à Paris, pour illustrer la mise en œuvre de ce schéma national d'intervention.

Le colonel Hubert Bonneau, commandant le GIGN, présente le dispositif au directeur général de la gendarmerie nationale. 

© MI Dicom - Y. Malenfer