Actualités

Dans les coulisses du festival de Cannes

Auteur : le BRI (R) Baptiste Bérard - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
Avant la montée des marches, un binôme de la gendarmerie des transports aérien de Nice ainsi qu’un chien spécialisé en détection d’explosifs décontaminentla zone.
© BRI - Baptiste Bérard

À Cannes, alors que les stars du cinéma foulent le tapis rouge pendant 15 jours, les gendarmes sont mobilisés pendant toute la durée du festival du film et veillent à la bonne marche des opérations.

« Charlie Charlie Cannes de Charlie PMO, mise en place terminée entrée Mougins. RAS ».

Il est 14 heures 30 ce jeudi 17 mai. À trois jours de la clôture du festival international du film, le chef d’escadron De Azevedo, commandant la compagnie de Cannes depuis un an, ne relâche pas sa vigilance. « Il peut se passer quelque chose jusqu’à la dernière minute et nous devons veiller à empêcher toute menace » explique-t-il alors qu’il vit son premier festival du film.

Depuis le poste fixe à l’entrée de Mougins, les gendarmes sont prêts à tout. Stop-stick en main, appui HK positionné en aval, les militaires inspectent chaque véhicule qui se rend à Cannes « pour éviter qu’une personne mal intentionnée pénêtre sur le festival ».Ainsi, ce sont des milliers de voitures qui sont « checkées » pendant 15 jours. « Le poste est tenu sans relâche chaque jour. »

Une présence dans les trois dimensions

La tournée d’inspection continue. Direction le commissariat central de Cannes où, pour chaque événement, un opérateur du centre opérationnel de la gendarmerie est à l’écoute. « Ce sont les yeux et les oreilles de la gendarmerie pendant le festival ! Ici, il y a des opérateurs du SAMU, des pompiers, de la police, de la préfecture et de l’armée de terre. En cas d’incident, on peut tout de suite partager les informations pour permettre une meilleure réactivité. »

Mais pas le temps de rester trop longtemps sur place. Le commandant et son adjointe, la capitaine Ferrero, reprennent leur véhicule, direction la Croisette pour « aller à la rencontre des cavaliers de la garde républicaine. »

En effet, durant le festival, plusieurs gardes et leurs chevaux sont descendus de Paris pour prêter main-forte aux gendarmes départementaux. Leur mission : « Aider à la sécurité publique sur la croisette qui est bondée pendant l’événement » explique le lieutenant Guay, commandant le détachement à cheval. « C’est la deuxième année consécutive que nous revenons au festival après une longue absence » pour le plus grand plaisir des festivaliers qui n’hésitent pas à les prendre en photo ou à caresser les chevaux. Un petit jeu auquel se prêtent avec joie les gardes républicains.

Mais l’équidé n’est pas le seul animal à quatre pattes mobilisé. « Avant la montée des marches, un binôme de la gendarmerie des transports aérien de Nice ainsi qu’un chien spécialisé en détection d’explosifs décontamine la zone. » Missile et son maître s’activent alors à vérifier chaque recoin autour et à l’entrée du palais des Festivals : zone claire !

Côté mer, les plaisanciers ont tout loisir d’admirer les bateaux de la gendarmerie, venus en nombre pour « empêcher toute intrusion maritime ! Il y a une vedette de la brigade nautique d’Antibes chargée, elle, de vérifier qu’aucune embarcation ne s’approche des plages. Ils sont appuyés par la Jonquille (NDLR : le patrouilleur de la gendarmerie maritime de Toulon) »

Le tout sous l’œil de l’hélicoptère EC-135 de la section aérienne de Hyères, présent pour avoir une vue d’ensemble des opérations et dont les images sont renvoyées en direct au PC Opérationnel de Cannes.« Ce sont les trois dimensions, terre, air et mer, qui sont sous notre emprise pour que rien ne nous échappe » explique le commandant De Azevedo.

Une première pour le chef d’escadron et une 71ème pour le festival qui s’achève sans incident. Mission réussie pour la gendarmerie qui a contribué, aux côtés des autres forces mobilisées, au bon déroulement de cet événement mondial !