Actualités

Hautes-Alpes : des renforts dans le cadre de la lutte contre l’immigration irrégulière

Auteur : La capitaine Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Depuis le 22 avril, le groupement de gendarmerie des Hautes-Alpes bénéficie du renfort d’un escadron de gendarmerie mobile dans le cadre de la lutte contre l’immigration irrégulière.
© Sirpa Gend – MAJ. F. Balsamo

Soumis à une forte pression migratoire, le département des Hautes-Alpes a connu un week-end agité, avec plusieurs épisodes de troubles à l’ordre public. Le groupement de gendarmerie départemental sera désormais renforcé par un escadron de gendarmerie mobile dans le cadre de son action quotidienne en matière de lutte contre l’immigration irrégulière.

Samedi 21avril,c’est tout d’abord une centaine d’activistes du groupuscule d’ultra-droite Génération Identitaire qui s’est rendue à pied au Col de l’Échelle, toujours enneigé et fermé à la circulation, pour y matérialiser symboliquement la frontière franco-italienne et y déployer une banderole.

Un dispositif avait été mis en place par la gendarmerie afin de prévenir tout trouble à l’ordre public. Le rassemblement s’est déroulé dans le calme et a pris fin le lendemain en début de journée. Après une nuit passée à 1 762 m d’altitude, les derniers manifestants sont redescendus escortés par les gendarmes.

Dans le même temps, ce dimanche, un autre dispositif gendarmerie, mis en place par la compagnie de Briançon, renforcée, dans l’urgence et progressivement, par des moyens du groupement, ainsi que des régions PACA et Rhône-Alpes-Auvergne, se déployait au col de Montgenèvre, où près de 200 activistes pro-migrants, en majorité italiens, ont franchi la frontière par les pistes, faisant pénétrer avec eux, illégalement et en force, une trentaine de migrants.

À cette occasion, des violences ont été commises vis-à-vis des forces de l’ordre et un véhicule de la gendarmerie nationale a été dégradé. Le cortège a ensuite poursuivi sa marche en direction de Briançon, où la présence des manifestants a fait l’objet de la plus grande vigilance de la part des forces de l’ordre, pour prévenir toutes dérives et dégradations, à l’instar de ce qui s’était produit la veille à Gap.

« Face à ces actions inacceptables », le ministre de l’Intérieur a rappelé, dimanche, dans un communiqué, « l’attachement indéfectible de l’État au respect absolu de l’ordre républicain et sa volonté de combattre ceux qui souhaitent faire échec aux contrôles des frontières comme ceux qui prétendent se substituer aux forces de l’ordre dans ces missions ». Gérard Collomb a par ailleurs condamné avec « la plus grande fermeté toutes les violences envers les forces de l’ordre chargées de faire appliquer le droit ».

Au regard de ces événements, le groupement de gendarmerie des Hautes-Alpes s’est vu attribuer, depuis le 22 avril, le renfort quotidien d’un escadron de gendarmerie mobile dans le cadre de la lutte contre l’immigration irrégulière.