Actualités

Notre-Dame-des-Landes  : les opérations se poursuivent pour la 4e journée consécutive

Auteur : Morgane Jardillier - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
Les opérations de déblaiement de la zone se poursuivent pour la 4e journée consécutive sous la protection de la gendarmerie.
© Sirpa Gend © BRC Florian Garcia

Après la déconstruction de 14 nouveaux sites illégaux hier, les opérations de déblaiement de la zone se poursuivent aujourd’hui, sous la protection de la gendarmerie. Les forces de l’ordre font toujours face à des actions violentes sur le terrain.

Hier, au terme de la troisième journée d’évacuation et de déconstruction, 14 nouveaux sites illégaux ont été déconstruits, malgré une violente opposition.

Le nombre d’opposants présents sur le site est estimé à près de 700 personnes, dont une frange dure de près de 500 individus, déterminés et bien équipés, cherchant la confrontation avec les forces de l’ordre. Des renforts d’opposants extérieurs sont d’ailleurs arrivés mardi.

Les forces de gendarmerie ont toujours face à des actions violentes sur le terrain, où le bilan s’élève actuellement à 45 blessés.

© Sirpa Gend © BRC Florian Garcia

Les gendarmes ont, en effet, essuyé de nombreux jets de projectiles divers, dont des cocktails Molotov, des engins explosifs agricoles et des fusées. Deux d’entre elles ont de nouveau ciblé, sans l’atteindre, un hélicoptère de la gendarmerie en mission de reconnaissance.

Aujourd’hui, les forces de gendarmerie continuent d’apporter leur appui aux entreprises concourantes, notamment au cours de la phase de déblaiement. Elles font toujours face à des actions violentes sur le terrain, où le bilan s’élève actuellement à 45 blessés, dont 19 traumas sonores et quatre personnels brûlés par des projections d’acide.

Le nombre d’opposants présents sur le site est estimé à près de 700 personnes cherchant la confrontation avec les forces de l’ordre.

© Sirpa Gend © BRC Florian Garcia

Ce midi, lors d’une interview donnée sur TF1, depuis le village de Berd’huis, dans l’Orne, le président de la République a réaffirmé sa volonté de rétablir l’ordre républicain à Notre-Dame-des-Landes, conformément à ce que « nos concitoyens sont en droit d’attendre ».