Actualités

Parc Astérix : un dispositif de sécurité renforcé pour Halloween

Auteur : l’aspirant Morgane Jardillier - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© Tous droits réservés

À l’occasion de l’événement « Peur sur le parc », les gendarmes et les équipes de surveillance interne n’ont qu’une idée fixe : veiller à la sécurité des visiteurs.

Des cris d’effroi résonnent dans les allées. Démarche claudicante, tablier blanc maculé de sang, masque sur le visage, un homme poursuit, tronçonneuse à la main, des personnes apeurées… sous le regard impassible de la statue d’Astérix.

Le village gaulois, plutôt habitué aux batailles à grands coups de poisson pas frais a pris des airs d’Amityville à l’occasion de la fête d’Halloween.

Et pour profiter de cette édition spéciale, le parc ouvre ses portes du 31 octobre au 3 novembre 2018 jusqu’à une heure du matin.

Peu célébrée dans les foyers français, la fête anglo-saxonne constitue l’une des périodes de fréquentation les plus élevées de l’année pour le parc d’attractions.

« La Toussaint est un rendez-vous important pour le parc. Il s’agit du moment où nous avons la plus forte activité. “Peur sur le parc” attire entre 15 000 et 16 000 visiteurs par jour au lieu de 11 000 visiteurs habituellement », explique Nicolas Kremer, directeur général du parc Astérix.

Un dispositif de circulation

En fin de journée, près de 30 000 amateurs de sensations fortes se croisent sur les parkings, ce qui impose de mettre en place des dispositifs de circulation, notamment pour l’évacuation des véhicules.

« La gendarmerie nous est d’un précieux soutien pour permettre aux visiteurs de quitter le parc le plus rapidement possible », explique le P.-D.G. d’Astérix.

Afin d’éviter les embouteillages sur l’autoroute A1, un itinéraire bis a été mis en place, pour la deuxième fois, en collaboration avec le parc et la sous-préfecture. « La brigade motorisée de Creil ainsi que les réservistes permettent d’évacuer 6 000 véhicules et d’éviter la congestion du trafic », appuie le chef d’escadron Nicolas Blot, commandant la compagnie de gendarmerie départementale de Chantilly.

Le parc Astérix ne redoute pas uniquement les légionnaires romains. Le site dédié au petit Gaulois n’attire malheureusement pas que des visiteurs bien intentionnés.

« Halloween est une période un peu agitée. La clientèle est jeune, parfois plus turbulente que d’habitude, et malheureusement nous sommes confrontés aux incivilités », déplore le directeur général. Pour les repousser, impossible de ne miser que sur la potion magique…

La clef du succès : la sécurité

Pour veiller à la tranquillité du public dans l’enceinte du parc, une équipe de sécurité interne est présente pour faire face à toutes les situations. Quatre-vingts personnes assurent la sécurité dans le parc lors d’événements particuliers. Mais ces gardiens à la stature dissuasive ne suffisent pas toujours à intimider les visiteurs les plus agités.

« Rixes, consommation d’alcool, de stupéfiants… Ils essayent de régler les problèmes, mais parfois la situation devient plus compliquée. Nous sommes alors obligés de faire partir les personnes et, dans les cas extrêmes, la gendarmerie prend le relais à l’extérieur du parc », explique Monsieur Kremer.

Pour travailler plus étroitement avec les équipes de surveillance interne, les gendarmes assurent également une surveillance discrète. Un local a par ailleurs été mis à leur disposition dans la zone technique du parc, afin d’éviter de « vampiriser » la brigade par des interventions incessantes.

Tout est donc en place pour s’assurer que la fête d’Halloween ne soit pas si… terrifiante !