Actualités

Une vie sauvée grâce au flair de Joe

Auteur : La capitaine Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
L’adjudant Patrick Casse et son chien piste Joe.
© Sirpa Gend - MAJ Fabrice Balsamo

Mardi 31 juillet, une des équipes cynophiles de Salon-de-Provence est parvenue à retrouver, en à peine dix minutes, une personne disparue deux heures plus tôt, en dépit de conditions climatiques particulièrement difficiles.

Mardi 31 juillet, vers 12 h 45, le Groupe d’investigations cynophile de Salon-de-Provence (13) est sollicité par le Centre d'opérations et de renseignement de la gendarmerie du Vaucluse, pour partir à la recherche d’une personne disparue sur la commune de l'Isle-sur-la-Sorgue (84). Dépressif, l’homme de 86 ans a quitté son domicile à pied, avec l’intention déclarée de se suicider dans la Sorgue.

L’adjudant Patrick Casse et son chien piste Joe arrivent sur les lieux moins de 45 minutes plus tard. Après avoir rapidement recueilli les premiers renseignements auprès de l'épouse, ainsi qu’un vêtement du disparu, le militaire prépare son chien à la mission.

Imprégné de l’odeur de référence, Joe part truffe au sol. La température avoisine les 38 °C, rendant son travail particulièrement difficile, qui plus est en milieu urbain. En dépit de ces conditions, le chien tient bon sa piste  : il traverse un lotissement, puis plusieurs carrefours, jusqu’à un petit pont qui traverse la Sorgue. L’équipe cynophile longe la rivière, quand au bout d’une centaine de mètres, Joe pointe sa truffe en direction du cours d’eau. Le maître de chien et le gendarme réserviste qui l’accompagne aperçoivent alors, sur l’autre rive, le corps inerte d’un homme correspondant à la personne recherchée.

Les deux militaires se jettent immédiatement à l’eau pour le rejoindre. Il agit bien de l’homme disparu un peu plus tôt dans la journée. Exposé en plein soleil, il est inconscient et son état semble critique. Les deux gendarmes le placent immédiatement à l’ombre et s’attachent à refroidir son corps. Le gendarme réserviste lui prodigue les premiers soins en attendant l’arrivée des secours. Transporté au centre hospitalier de Cavaillon, ses jours ne sont plus en danger.

Il n’aura fallu que dix petites minutes au flair de Joe pour retrouver l’homme disparu deux heures plus tôt et certainement lui sauver la vie.