Actualités

G7 : la maîtrise de la troisième dimension au cœur de la manœuvre opérationnelle

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Sirpa Gend - MDL F. Garcia
© Tous droits réservés

Hélicoptères des forces aériennes de gendarmerie, dispositifs de lutte-anti-drone, utilisation de drones afin d'acquérir du renseignement et des images dans le temps de l'urgence opérationnelle, la troisième dimension fait partie du dispositif mis en œuvre par la gendarmerie.

En appui des unités déployées au sol, les forces aériennes de gendarmerie engagent huit hélicoptères sur le dispositif de sécurisation du G7, afin de remplir des missions de reconnaissance d'axes, de renseignement administratif, d'ordre public ou judiciaire, avec une capacité de retransmission d'images en direct, permettant d'objectiver et de matérialiser les faits délictuels. La manœuvre aérienne est ainsi une véritable aide à la prise de décision opérationnelle. La présence de trois EC 145 offre, par ailleurs, une capacité de projection rapide des forces spécialisées, à l'instar du GIGN, et mobiles.

Lutte anti-drone

Toujours dans la « 3e dimension », la problématique des drones est désormais prise en compte sur tous les grands événements. Trente personnels sont ainsi dédiés à la lutte anti-drone. Dotés de moyens spécifiques leur permettant de détecter et de neutraliser les éventuels drones qui pourraient survoler les espaces interdits, les militaires de la section protection anti-drone de la garde républicaine, ainsi que des militaires habilités de la gendarmerie des transports aériens et de la gendarmerie départementale font ainsi partie du dispositif.

Particulièrement engagés sur le site de l'aéroport, où un dispositif H.24 est armé sur la tour de contrôle, les moyens de brouillage de lutte anti-drone sont renforcés sur le périmètre des pistes lors des arrivées et des départs d'autorités. Outre ces missions, ces militaires viennent également renforcer les Groupements tactiques de gendarmerie (GTG) lors des missions de maintien de l'ordre.

Un moyen d'acquisition de renseignements et d'images

La gendarmerie déploie également 24 télépilotes de drones, dont certains sont dotés d'une capacité thermique. La GTA utilise par ailleurs un dispositif filaire permettant de recharger l'appareil en vol et ainsi de le laisser en l'air plusieurs heures.

Déployés au profit des différents GTG, les drones s'inscrivent dans une bulle tactique de proximité. Permettant l'acquisition de renseignements et d'images dans un espace restreint et dans le temps de l'urgence opérationnelle, ils offrent un potentiel complémentaire à celui des hélicoptères.