Actualités

G7 : une bulle de protection sur littoral de Biarritz

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Sirpa Gend - MDL F. Garcia
© Tous droits réservés

La gendarmerie maritime, appuyée par deux moyens nautiques de la gendarmerie départementale, déploie des moyens conséquents au large de la plage de Biarritz, dans le cadre du dispositif particulier de sauvegarde maritime, placé sous le commandement de la Marine nationale.

Afin de garantir la sécurité des personnes et du sommet, et prévenir les troubles à l’ordre public venant de la mer, un dispositif particulier de sauvegarde maritime, placé sous le commandement de la Marine nationale, a été activé.

Un arrêté conjoint du préfet maritime de l’Atlantique et du préfet des Pyrénées-Atlantiques instaure en effet un dispositif temporaire et progressif, opérationnel du 22 août à minuit au 27 août, autour de trois zones maritimes réglementées, entre les communes de Tarnos et de Guéthary.

Aux côtés des unités nautiques de la Marine nationale, des Douanes, des Affaires maritimes et des CRS, le Groupement de gendarmerie maritime de l'Atlantique a la responsabilité de la zone côtière jusqu'à la plage, comprenant une zone restreinte, où toutes les activités sont interdites, à l'exception de la baignade et des engins de plage dans la bande des 300 m, et une zone interdite à toute activité.

Sur ce périmètre, la Gendarmerie maritime (GMAR) déploie des moyens conséquents : un patrouilleur, qui assure une présence permanente à compter du 23 août, appuyé par quatre vedettes de 20 mètres, trois zodiacs et un scooter des mers, qui se relaient sur zone, dans le cadre d'un dispositif modulable en fonction des événements et de la menace. Ces moyens sont complétés par les moyens nautiques des brigades nautiques d’Arcachon et de La Tremblade.

Outre ce dispositif maritime, la GMAR engage également des militaires au sein du Poste de commandement (P.C.) de gendarmerie et de l'état-major tactique, un binôme d'enquêteurs de la brigade de recherches de Lorient, une équipe cynophile spécialisée en détection d'explosifs et une cellule des systèmes d'information et de communication (transmissions). La cellule d’évaluation des menaces et d’analyse de la sûreté porte une attention toute particulière aux navires transitant dans les eaux proches du G7.

L'objectif des unités navigantes est de former une bulle de protection en contrôlant de façon visible la zone maritime, en détectant au plus tôt une éventuelle menace et en empêchant toute intrusion et toute action hostile ou médiatique dans la zone sanctuarisée. La sûreté du port de Bayonne est également renforcée par des contrôles des navires de commerce.

Une étroite coordination est par ailleurs mise en place avec l'Espagne voisine, dont des unités de la marine et de la guardia civil effectuent également des patrouilles de surveillance maritime dans leurs eaux territoriales. La guardia civil, dont un officier assure la liaison au sein du P.C. gendarmerie, renforce également la GMAR à hauteur de trois personnels embarqués.