Actualités

L’association Makadam offre des jouets à la compagnie de gendarmerie de Vannes

Auteur : Maud Protat-Koffler - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
© D.R.
© Tous droits réservés

Pour aider les enfants pris en charge par la gendarmerie, l’association Makadam a offert une dizaine de peluches et de jouets aux cinq brigades de la compagnie de gendarmerie de Vannes.

Chaque semaine, la compagnie de Vannes, dans le Morbihan, reçoit une dizaine de mineurs dans le cadre de violences intrafamiliales ou de harcèlement scolaire.

Qu’ils soient témoins ou victimes, la prise en charge de ces enfants nécessite un cadre adéquat. « Nous avons des enquêteurs spécialement formés pour conduire les auditions d’enfants, qui se déroulent généralement dans des espaces Mélanie », explique la chef d’escadron (CEN) Françoise Poulain, commandant la compagnie de Vannes.

Installées en dehors des brigades, les salles Mélanie, qui portent le nom de la première petite fille auditionnée selon le protocole vidéo instauré par la loi de 1998, sont dédiées à l’écoute des victimes mineures.

Affiches aux murs, poupées, voitures et peluches parsemant le sol… la pièce est équipée d’une caméra et d’une vitre sans tain, derrière laquelle le directeur d’enquête peut suivre l’audition.

De nouveaux jouets pour les cinq brigades

Après avoir mené la même action auprès des pompiers et des hôpitaux, les motards de l’association Makadam se sont associés à la gendarmerie en offrant une dizaine de peluches et de jouets aux cinq brigades de la compagnie de Vannes, à destination des enfants pris en charge par la gendarmerie.

« Le don de l’association Makadam est un élément supplémentaire pour nous aider à mettre les enfants en confiance. Mais ces jouets ne sont pas exclusivement destinés aux brigades. Nous en avons donné à la brigade de recherches ainsi qu’au peloton de surveillance et d’intervention gendarmerie, précise la CEN Françoise Poulain, attirant à cette occasion l’attention sur les accidents de la route, dont les enfants peuvent aussi être les victimes.