Actualités

La citoyenneté par le sport

Auteur : le capitaine Éric Costa - publié le
Temps de lecture: ≃6 min.
Tournoi de basket-ball de fin d’année venant clôturer l’opération « Jeunes citoyens d’Illzach » menée par les gendarmerie d’Illzach.
© MAJ - F. Balsamo

Dans le cadre de la politique visant à améliorer les relations entre la population et les forces de sécurité de l’État dans les quartiers prioritaires ou sensibles, la gendarmerie de la commune d’Illzach (68) a innové. Grâce à l’opération « Jeunes citoyens d’Illzach », les gendarmes transmettent des valeurs de citoyenneté et de respect auprès des élèves des classes de CM2 en s’appuyant sur le basket-ball.

L’opération « Jeunes citoyens d’Illzach » s’intègre pleinement dans le dispositif global de sécurité publique et de prise en compte du territoire mis en place par la Compagnie de gendarmerie départementale (CGD) de Mulhouse.

La prévention dès le plus jeune âge

« Lorsque j’ai pris le commandement de la Brigade territoriale autonome (BTA) d’Illzach en 2016, le colonel Constant Caylus, qui commandait alors le groupement de gendarmerie départementale du Haut-Rhin, a souhaité que nous réitérions une opération axée sur la citoyenneté auprès des enfants de la commune. Visant à reconquérir les quartiers sensibles, ce projet, qui avait bien fonctionné un peu plus de 10 ans auparavant, a pour objet de transmettre les notions peu concrètes de respect et de citoyenneté aux élèves de CM2, en s’appuyant sur le basket-ball, sport collectif qui rassemble ces valeurs, explique le capitaine Pierre-Yves Le Masson, commandant la BTA d’Illzach. Afin de toucher le plus grand nombre d’enfants d’Illzach, suffisamment grands pour comprendre notre message, notre choix s’est logiquement porté sur les élèves de CM2, la plupart des collèges se situant sur d’autres communes. »

Pourquoi le basket-ball ?

« La remise en route de ce projet a nécessité une bonne année afin de renouer tous les contacts avec les partenaires de l’Éducation nationale, de la préfecture, de la commune et du monde associatif. Pour favoriser ces démarches, le colonel Caylus a d’ailleurs tenu à ce que l’adjudant-chef (ADC) Yann Skoczylas, acteur essentiel de l’édition précédente de l’opération, soit de nouveau affecté à la brigade. Ce dernier dispose en effet d’un impressionnant réseau de connaissances dans le milieu du basket-ball, et ce, jusqu’au niveau professionnel, ce qui facilite grandement la tâche », poursuit le capitaine.

« S’agissant d’une opération citoyenne, le basket-ball est le sport idéal, car il véhicule de très bonnes valeurs et notamment celle du fair-play. Il est très rare de voir de l’animosité ou de mauvais gestes entre les joueurs sur le parquet, précise l’ADC Skoczylas. Cette opération comprend quatre séances, réparties dans l’année, avant les vacances scolaires, au cours desquelles sont abordés différents thèmes de façon théorique, avant une mise en pratique sur le terrain. Tout d’abord sont traités le respect des règles et des arbitres, en comparaison au respect dû aux parents, aux professeurs, aux forces de l’ordre ainsi qu’aux lois et règlements de la société, puis le respect des autres et de soi, enfin le respect du matériel qui peut s’appliquer à toutes les installations collectives qui font souvent l’objet de dégradations. »

Un message qui perdure

« Ce qui est dit en classe lors des interventions des gendarmes est souvent repris par les élèves eux-mêmes, rapporte Anne Bodinier, professeur des écoles à l’école Lamartine. Nous profitons de ces occasions pour aborder tout ce qui a trait à l’éducation morale : le respect de soi, de l’adulte, de son corps via l’alimentation et le sport. Enfin, nous constatons réellement que cette opération apporte aux enfants une vision différente des forces de l’ordre, allant parfois jusqu’à la naissance d’une certaine complicité. Pour témoigner de leur satisfaction, les enfants ont d’ailleurs convié les gendarmes à assister à un petit-déjeuner sportif organisé par la classe. »

Rester dans le cœur de métier

Cette mission préventive a toute sa place parmi les missions de l’unité, aux côtés de celles, plus classiques, de production de sécurité.

« Chose assez rare, la BTA d’Illzach a une circonscription mono-communale. Ceci s’explique par le fait que cette commune de la banlieue de Mulhouse connaît une forte activité délinquante, notamment en matière de trafic de produits stupéfiants, en raison de la présence de nombreux secteurs très sensibles. Cependant, bien que nécessitant un grand investissement de la part des militaires de la brigade, l’opération « Jeunes citoyens d’Illzach » n’a pas d’impact négatif sur les résultats opérationnels et judiciaires de l’unité, qui restent excellents. Sur le long terme, nous espérons que cet engagement, visant à reconquérir les quartiers républicains, contribuera à faire baisser significativement la délinquance et à apaiser le climat de défiance lors de nos interventions dans certains quartiers sensibles de la ville. D’ailleurs, nous constatons, lors des patrouilles, que les enfants qui ont participé à cette opération vont naturellement au contact des gendarmes et sont "un point d'entrée" facilitant le dialogue avec leurs aînés et leurs familles. Ce dispositif est donc complémentaire de nos actions plus classiques de lutte contre la délinquance et, surtout, il s'inscrit dans une stratégie globale, menée à l'échelle de la compagnie, visant à normaliser les rapports entre la gendarmerie et la population au sein des quartiers dits "difficiles" », ajoute le chef d’escadron Franck Elbachir, commandant la CGD de Mulhouse.

Le tournoi final

Pour conclure cette opération de façon ludique, un tournoi de basket-ball est traditionnellement organisé. Cette année, cette journée s’est déroulée le vendredi 24 mai, rassemblant dans un gymnase 285 élèves de douze classes de CM2 des sept écoles de la commune. Le but n’est pas forcément de gagner les matches. En effet, en plus du classement déterminant l’équipe victorieuse sur un plan purement sportif, un deuxième classement attribue un trophée récompensant le fair-play des équipes. C’est cette deuxième récompense que viennent chercher en priorité les enfants.

« Ce tournoi, nécessitant une grande organisation, n’est possible que parce que la BTA d’Illzach dispose d’un effectif conséquent. Si un pic d’activité venait à se présenter, les unités limitrophes et le peloton de surveillance et d’intervention de la compagnie sont en mesure de rapidement injecter des patrouilles en renfort », poursuit le commandant de compagnie.

Un réseau de partenaires

Un tel projet nécessite du soutien, tant sur le plan humain que financier. « Nous intervenons beaucoup avec le centre socioculturel d’Illzach et nous travaillons sur 87 % des collèges du département, essentiellement avec des élèves de 11 à 15 ans. En parallèle nous apportons un soutien en effectifs à l’opération « Jeunes citoyens d’Illzach ». Cette opération facilite notre prise de contact avec les classes élémentaires de CE2 à CM2. Ce qui est très intéressant, car de plus en plus de professeurs des écoles, sont confrontés à des incivilités, nous sollicitent », explique l’adjudant-chef Emmanuel Bir, commandant la brigade de prévention de la délinquance juvénile de Mulhouse.

Le partenariat est également extérieur. Ainsi, la commune, mais également la préfecture, via le fonds interministériel de prévention de la délinquance, accordent des subventions indispensables.

Les associations sportives répondent également présent, et ce jusqu’au milieu professionnel du basket-ball. Afin de les récompenser pour leur motivation, les enfants sont ainsi invités à assister à des matches officiels d’équipes de première division de basket-ball.

Enfin, le jour du tournoi de fin d’année, quelques joueurs professionnels viennent encourager les enfants et une équipe de smash acrobatique, les « flying dunkers », effectue gratuitement une démonstration.