Actualités

La gendarmerie de la Loire signe une convention de partenariat avec la STAS

Auteur : le capitaine Éric Costa avec le GGD 42 - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© D.R.
© Tous droits réservés

Mardi 16 juillet, le Groupement de gendarmerie départementale de la Loire (GGD42) a signé une convention de partenariat avec la Société de transports publics de l’agglomération stéphanoise (STAS) afin de fixer les modalités de coordination de la sécurité des transports en commun sur le plan local.

C’est en présence d’Evence Richard, préfet de la Loire, du lieutenant-colonel Frédéric Schneider, commandant en second le GGD42, de Ludovic Jourdain, directeur général de la STAS, et de Gaël Perdriau, président de Saint-Étienne Métropole, qu’une convention de partenariat a été signée entre la gendarmerie de la Loire et la STAS.

Coordonner l’action

Compétent sur 31 communes des 53 que compte Saint-Étienne Métropole (SEM), le GGD 42 avait déjà pris en compte la sécurité des voyageurs avec la mise en œuvre de la police de sécurité du quotidien et de la sécurité des mobilités. Il poursuit ainsi son action en officialisant son partenariat avec la STAS, qui transporte plus de 46 millions de voyageurs par an.

Cette convention a pour but de décliner, sur le plan départemental, les modalités de coordination de la sécurité dans les transports en commun entre les différents intervenants institutionnels, conformément à la convention cadre du 19 octobre 2015.

Visant à définir des axes de coordination et de coopération entre les différents acteurs, ce partenariat a pour objectif de lutter contre la délinquance, la fraude et les incivilités dans les transports publics, ainsi que contre le sentiment d’insécurité des salariés des transporteurs et des passagers, mais également de faciliter les échanges d’information entre la gendarmerie et la STAS.

Des échanges également favorisés par le fait que certains agents de la STAS sont par ailleurs réservistes opérationnels au sein du GGD 42.

Optimiser la formation

Afin de faciliter ces échanges et de renforcer la connaissance des environnements respectifs, des actions de formation communes seront planifiées.

Ainsi, des sensibilisations seront proposées par le GGD 42 aux agents vérificateurs de titres de transport, aux conducteurs et aux agents de médiation et de prévention, sur les thèmes de la gestion des conflits, du cadre légal des contrôles et des vérifications d’identité ou encore de la préservation des traces et indices à la suite de la commission d’un crime ou d’un délit.

En parallèle, la STAS favorisera notamment la mise à disposition de ses installations auprès des forces de sécurité, afin de faciliter le perfectionnement des techniques d’intervention en milieu confiné et permettre des entraînements dans les bus ou autres véhicules de transport dans le cadre des tueries de masse.

Force de dissuasion

Cette convention permettra également d’augmenter la présence visible des gendarmes sur les réseaux de transport ou à leurs abords.

Présence qui avait déjà été accrue depuis janvier 2019 avec la création de la brigade d'appui aux mobilités, unité composée exclusivement de réservistes, dont la mission première est d'assurer une présence dissuasive dans les transports en commun, les gares, l'aéroport et les aérodromes, ainsi que tous les lieux fréquentés par les voyageurs et les touristes.

Enfin, cette convention optimisera l’efficacité de l’action de la gendarmerie en autorisant, sous certaines conditions, le travail des militaires en tenue civile sur le réseau de transport.