Actualités

La gendarmerie des Deux-Sèvres alerte sur l’accidentalité des seniors

Auteur : Maud Protat-Koffler - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Compagnie de gendarmerie départementale de Bressuire
© Tous droits réservés

La compagnie de gendarmerie départementale de Bressuire a organisé, mardi 21 mai, une journée d’action, principalement à destination des seniors, visant à lutter contre les accidents de la circulation routière.

« Depuis deux ans, l’accidentalité dans le nord des Deux-Sèvres touche sérieusement les seniors », souligne le chef d’escadron (CEN) Emmanuel Wéber, commandant la compagnie de gendarmerie départementale de Bressuire.

Entre 2017 et 2018, dans la circonscription de Bressuire, six victimes sur onze étaient âgées de plus de 65 ans. En outre, 55 % des tués s’avèrent être des seniors. Face à ce constat, avec le soutien de la préfecture des Deux-Sèvres, la compagnie de gendarmerie départementale de Bressuire a souhaité organiser une journée d’action dédiée à la lutte contre les accidents de la circulation routière dont sont victimes les seniors sur l’ensemble du département.

En cause, le non-respect des règles de priorité et la vitesse inadaptée

Pour cette première manifestation au format inédit, quatorze partenaires ont été à la rencontre des 150 visiteurs, à travers diverses animations et conférences. Du Code de la route à la responsabilité d’un accident, en passant par la position de conduite, la maîtrise du freinage d’urgence ou encore la rédaction d’un constat à l’amiable, les acteurs ont pu évoquer l’ensemble du spectre de la conduite automobile.

© Compagnie de gendarmerie départementale de Bressuire

© Tous droits réservés

« Quand la vitesse moyenne baisse de 1 %, c’est 4 % de tués en moins sur les routes », insiste le CEN Wéber. Dans son discours, l’officier a dressé un état des lieux de l’accidentologie sur le territoire. Avec un pic le mercredi, les accidents surviendraient essentiellement en semaine, dont 74 % lors des trajets quotidiens. Autre constat : l’alcool serait à l’origine de 30 % des décès sur les routes.

« Aucun gendarme ne peut être insensible au fait d’aller sonner chez des gens pour leur annoncer le décès d’un proche. Face à ces chiffres, la répression sur la route ne suffit pas, il faut faire de la prévention », estime le chef d’escadron Wéber, prodiguant à ce titre quelques conseils aux seniors : « Il est important de se faire conseiller par un médecin, son entourage ou un professionnel de conduite lorsque l’on a des doutes sur sa capacité à conduire. Éviter également les situations délicates, comme prendre la route les jours de grands départs sur des axes chargés ou la conduite de nuit. »

À l’issue de cette journée, partenaires et visiteurs ont émis le souhait de voir ce type d’action de sensibilisation être reconduit.

© Compagnie de gendarmerie départementale de Bressuire

© Tous droits réservés