Actualités

Les blessés de l’EGM 24/5 de Grenoble reçus par le DGGN et le ministre de l’Intérieur

auteur : le capitaine Eric Costa - publié le
© Sirpa Gend MAJ. F. Balsamo
© Tous droits réservés

Lundi 7 janvier, les militaires de l’Escadron de gendarmerie mobile (EGM) 24/5 de Grenoble victimes d’agressions ce samedi lors de l’acte 8 des gilets jaunes à Paris (75), ont reçu la visite du général d’armée Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, avant de s’entretenir plus tard dans la journée avec Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur. 

À la suite des violences commises ce week-end à l’encontre des forces de l’ordre, en province comme à Paris, lors de l’acte 8 des gilets jaunes, le directeur général de la gendarmerie nationale a tenu à apporter son soutien à l’ensemble des militaires mobilisés et plus particulièrement aux blessés.

Le 7 janvier, le directeur général s’est ainsi rendu au cantonnement de Dugny pour y rencontrer les gendarmes mobiles de l’EGM 24/5 de Grenoble dont certains ont été violemment pris à partie, samedi dernier, lors de leur engagement sur la passerelle Sédar-Senghor qui relie le jardin des Tuileries au Musée d’Orsay à Paris.

© SirpaGend MAJ. F. Balsamo

Deux d’entre eux ont été agressés par un individu actuellement placé en garde à vue après s’être rendu à la police plus tôt dans la journée.

À l’occasion de cette visite, le général Lizurey a rappelé le soutien indéfectible de l’Institution face à des actes inacceptables. 

En fin d'après-midi, avant de présenter ses vœux à l'ensemble des forces de sécurité réunies pour une cérémonie au sein de l'École Militaire, à Paris, Christophe Castaner a également reçu ces deux militaires.

Au cours de cet entretien, il a notamment loué leur sang-froid en de telles circonstances, ajoutant qu’ils avaient par leur attitude fait honneur à leurs frères d’armes. 

Ces violents incidents ayant choqué l’opinion publique, ces deux militaires ont répondu à plusieurs sollicitations médiatiques, largement relayées ce soir sur les chaînes et radios d'information nationales ainsi que sur nos réseaux sociaux.