Actualités

Les forces aériennes de la gendarmerie s’exposent lors de la journée européenne de l’hélicoptère

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© MDL - F. Garcia
© Tous droits réservés

À l’occasion de la première journée européenne de l’hélicoptère, organisée à destination du grand public par l'Union française de l'hélicoptère, ce 30 juin, dans plusieurs villes de France, la gendarmerie présentera l'ensemble des missions et des métiers de ses forces aériennes, à Toussus-le-Noble, Flers, Molsheim, Besançon et Cazaux.

Cette première journée européenne de l’hélicoptère, organisée par l’Union française de l'hélicoptère (UFH) sera l'occasion pour les professionnels de l'hélicoptère de se rapprocher du grand public pour présenter leurs missions, leurs moyens et leurs objectifs.

À ce titre, les Forces aériennes de la gendarmerie (FAG) seront logiquement au rendez-vous, afin d'expliquer l’ensemble de leurs missions dans une logique d'ancrage territorial, où l'accent est mis sur l'intégration des moyens 3D (drones et hélicoptères) dans l'ensemble de la chaîne des moyens matériels et humains de l’Institution.

Ce sera également l’occasion de présenter les métiers ouverts en gendarmerie dans le domaine de l’aéronautique : pilotes et mécaniciens de bord treuillistes.

À la découverte des FAG aux quatre coins du territoire

Les FAG seront ainsi présentes en Normandie, les 29 et 30 juin, de 10 heures à 18 heures, sur l’aérodrome de Flers (61).

Dans le Grand Est, c’est uniquement le 30 juin, à partir de 11 heures, que vous pourrez aller à la rencontre de nos équipages, devant le centre de secours des sapeurs-pompiers de Molsheim (67).

En région parisienne, c’est l’aéroport de Toussus-le-Noble qui ouvrira ses portes au public le 30 juin, de 10 heures à 17 heures.

À noter que l'Association française des femmes pilotes organise, dimanche 30 juin, sur l'aérodrome de Besançon-La Vèze (25), une conférence sur les métiers dans les forces aériennes de la gendarmerie nationale, à laquelle participera le maréchal des logis-chef Aurélie Maisonneuve, pilote au sein du détachement aérien de gendarmerie de Metz-Frescaty.

Enfin, les 29 et 30 juin, la base aérienne 120 de Cazaux (33) organise un meeting aérien, auquel participeront des équipages des FAG. À cette occasion, le public pourra notamment assister à un treuillage avec le Peloton spécialisé de protection de la gendarmerie (PSPG), à bord d'un E.C. 145.

De nombreuses autres animations sont au programme de cette journée européenne de l’hélicoptère. Retrouvez-les en détails sur le site de l’UFH  et sur les réseaux sociaux.

Des hélicoptères en gendarmerie depuis 1953

C’est en 1953 que les premiers hélicoptères font leur apparition en gendarmerie. Aujourd’hui, près de 500 personnels (pilotes, mécaniciens de bord et opérateurs aérosurveillance), de tous grades et de tous statuts, servent au sein des 29 sections ou détachements des forces aériennes de la gendarmerie, répartis sur l’ensemble du territoire national.

Dotées d’un ou plusieurs appareils (hélicoptères de type E.C. 135, 145 ou Écureuil), ces unités réalisent plus de 16 000 missions chaque année dans les domaines de la sécurité publique, de la police judiciaire et de l'intervention, totalisant près de 20 000 heures de vol.

Hélicoptères, pilotes, mécaniciens ... Toute l'histoire des Forces aériennes de la gendarmerie

Les Forces aériennes de la gendarmerie sont incontournables dans le paysage de l'Institution. Quelle est leur histoire ? Ou plutôt : quelles sont leu..

Lire la suite...

Grâce aux nouvelles capacités des machines et des outils embarqués (caméra thermique, phare, outil de cartographie…), l’hélicoptère est ainsi devenu un atout majeur dans la maîtrise des territoires et des flux.

Il peut en effet être engagé 365 jours par an, de jour comme de nuit, sur des opérations de recherche de personnes disparues ou de malfaiteurs, de renseignement, de surveillance, d’intervention spécialisée avec le GIGN ou le RAID, ou encore de secours, notamment en montagne et en mer, où sa plus-value est indéniable.

Recherches opérationnelles de personnes disparues : moyens tous terrains dans les airs

Selon la configuration des lieux et les besoins exprimés, des moyens spécialisés, des experts et des techniciens sont engagés pour participer aux rec..

Lire la suite...

Recrutement et formations

Les militaires des FAG, pilotes et mécaniciens, sont, pour certains, issus des armées, et notamment de l'ALAT (Aviation légère de l'armée de Terre), et, pour d'autres, d’un recrutement interne à la gendarmerie.

Tous doivent passer des tests de sélection, avant de pouvoir intégrer un premier cycle de formation initiale de pilote ou de mécaniciens, respectivement à Dax et à Rochefort, au sein de structures interarmées de formation.

Ils suivent ensuite un cycle de formation spécifique et complémentaire au sein du Groupe d'instruction, centre de formation des équipages de la gendarmerie nationale, pour être formés sur les hélicoptères en dotation et initiés à l'exécution des missions de l'Institution.

Enfin, ceux qui font le choix de servir dans l’un des huit Détachements aériens de gendarmerie (DAG) de montagne, devront se former à la spécificité du vol en montagne au sein du Centre de vol en montagne de Briançon, afin de connaître et d'appréhender cet environnement souvent hostile, une climatologie rapidement changeante et posséder la pleine maîtrise de l'E.C.145 qui équipe ces unités.