Actualités

Militaires français morts au Mali : l’hommage national aux Invalides

Auteur : Morgane Jardillier - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Adjudant Fabrice Bourdeau

Un hommage national, présidé par Monsieur Emmanuel Macron, a été rendu ce lundi 2 décembre, à l’Hôtel national des Invalides, aux 13 militaires de l’opération Barkhane, morts pour la France le 25 novembre dernier au Mali.

Une semaine après la mort accidentelle de treize soldats de l’opération Barkhane au Mali, un hommage national leur a été rendu, sous l’autorité du chef de l’État, dans la cour d’honneur de l’Hôtel national des Invalides.

Ouverte au public, la cérémonie s’est déroulée de 15 heures à 17 heures, en présence du président malien Ibrahim Boubacar Keïta.

Les familles, les délégations militaires, les membres du Gouvernement, les plus hauts responsables politiques ainsi que le grand public sont venus saluer la mémoire des soldats, dont les cercueils ont été disposés dans la cour.

Des anonymes ont également rendu honneur aux victimes lors du passage du convoi funéraire, escorté par les motocyclistes de la garde républicaine, sur le pont Alexandre III. Ils ont ensuite pu suivre la cérémonie sur un écran géant installé sur l’esplanade.

Le chef de l'État a également convié les maires des communes de naissance des soldats, ainsi que ceux des communes abritant les différents régiments touchés : Gap (05), Pau (64), Saint-Christol (84) et Varces (38). Communes également représentées par 200 écoliers.

Après un honneur au drapeau et une revue des troupes, Emmanuel Macron a prononcé un éloge funèbre, revenant sur la condition des soldats, les raisons de leur combat et la notion d'héroïsme, avant de remettre la Légion d’honneur à titre posthume à chacune des victimes.

Une minute de silence a ensuite été respectée en hommage aux treize disparus : le capitaine Nicolas Mégard, le capitaine Benjamin Gireud, le capitaine Clément Frison-Roche, le lieutenant Alex Morisse, le lieutenant Pierre Bockel, l'adjudant-chef Julien Carette, le brigadier-chef Romain Salles de Saint-Paul, du 5e Régiment d'hélicoptères de combat de Pau ; le capitaine Romain Chomel de Jarnieu, le maréchal des logis-chef Alexandre Protin, le maréchal des logis Antoine Serre, le maréchal des logis Valentin Duval, du 4e Régiment de chasseurs de Gap ; le maréchal des logis-chef Jérémy Leusie, du 93e Régiment d'artillerie de montagne de Varces et le sergent-chef Andreï Jouk, du 2e Régiment étranger de génie de Saint-Christol.

Leurs noms figureront sur les murs du monument aux morts pour la France en opérations extérieures, inauguré il y a quelques jours au parc André Citroën, à Paris, aux côtés de ceux de leurs 549 frères d’armes tombés sur les théâtres d’opérations depuis 1963.