Actualités

Premier engagement de l'Unité opérationnelle franco-allemande sur le Tour de France

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© D.R.
© Tous droits réservés

Créée le 22 janvier 2019, dans le sillage du traité d’Aix-la-Chapelle, cette unité de circonstance, composée de dix gendarmes français et de dix policiers allemands, a vocation à être engagée aussi bien en France qu’en Allemagne, pour appuyer les unités locales lors de grands événements, à l’instar du Tour de France 2019, sur les étapes des 10 et 11 juillet, du sommet du G7, fin août, ou encore de la fête de la bière, à Munich, en octobre prochain.

Née de la volonté commune de la gendarmerie nationale et de la bundespolizei (police fédérale) de créer une unité de circonstance mixte en mesure d’être engagée aussi bien en France qu'en Allemagne, l'Unité opérationnelle franco-allemande a officiellement vu le jour le 22 janvier dernier, dans le sillage des accords d'Aix-la-Chapelle, signés entre la Chancelière allemande et le Président de la république française.

Fidèles au pragmatisme qui les caractérise, les deux forces de sécurité intérieure ont ainsi concrétisé ce partenariat avant même la signature de l'Arrangement administratif (A.A.), qui décline ces accords pour les forces de police et de sécurité.

Dans l’attente de cette signature, c’est donc le traité de Prüm qui offre à cette nouvelle unité son cadre d’emploi.

Rendez-vous internationaux, événements sportifs, rassemblements festifs, manifestations, accidents d’ampleur… Le panel de ses engagements possibles est large. D’autant que l’UOFA, outre ses déploiements bilatéraux, pourra également être associée à des missions internationales.

© D.R.

© Tous droits réservés

Une formation commune

L’UOFA se compose aujourd’hui de dix policiers de la bundespolizei, qui a d’ailleurs lancé un nouvel appel pour étoffer son dispositif, et de seize sous-officiers français, issus des gendarmeries départementales et mobiles (dix titulaires et six suppléants).

Tous se sont portés volontaires pour participer à cette aventure, qui a débuté par six semaines de formation, de façon à adapter les réflexes d’action de chacun aux modes opérationnels en vigueur de part et d’autre de la frontière.

© D.R.

© Tous droits réservés

Les titulaires de chaque pays ont ainsi suivi une remise à niveau linguistique de deux semaines, respectivement au centre national de formation aux langues et à l'international de la gendarmerie, côté français, et au CIFR, côté allemand.

L’ensemble de l’effectif a ensuite bénéficié d’une préparation opérationnelle commune, afin de se former au cadre juridique, à la doctrine d’emploi et aux techniques du maintien de l’ordre, de l’intervention professionnelle et de la gestion de crise.

Les stagiaires ont pour cela enchaîné une semaine au Centre régional d'instruction de Baccarat, puis une deuxième semaine, dédiée au rétablissement de l’ordre, au centre national d'entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier, avant un dernier stage, d’une durée de deux semaines, à Bad Bergzabern, en Allemagne (Rhénanie-Palatinat), sur la thématique de l'intervention et de la gestion de foule selon la doctrine allemande. Au programme notamment au cours de cette séquence : un exercice impliquant des Engins Lanceurs d'Eau (ELE) et des mises en situation au sein d'un stand de tir équipé d'un simulateur.

© D.R.

© Tous droits réservés

Ces temps de formation ont également intégré des exercices, dont l’objectif, d’ores et déjà atteint avec succès, était de cimenter la cohésion du groupe.

Au cours du deuxième semestre, interviendra une formation complémentaire et spécialisée dans les domaines déjà abordés, à laquelle s’ajoutera une préparation aux missions internationales.

Engagée sur le Tour de France 2019

Moins de quinze jours après la fin de ce cycle de formation, l'unité opérationnelle franco-allemande s’apprête à être engagée pour la première fois sur le terrain à l’occasion de la 106e édition du Tour de France, lors des étapes frontalières reliant Saint-Dié-des-Vosges à Colmar, puis Mulhouse à la Planche des Belles Filles, les 10 et 11 juillet.

Maîtrisant tous le Français, l’Allemand et l’Anglais, les dix gendarmes français et les dix policiers allemands auront pour mission d’appuyer les unités locales, principalement sur les sites fréquentés par des touristes germanophones, pour les aider lors de la prise de plainte ou toute autre audition, mais aussi faciliter la diffusion des consignes de sécurité.

D’autres déploiements au calendrier

Et déjà, d’autres engagements se profilent à l’horizon, à l’instar du G7, organisé fin août à Biarritz, où l’UOFA interviendra en unité constituée (vingt personnels), ou encore de la fête de la bière, en octobre prochain, à Munich, où elle contribuera à la sécurisation des voies d’accès au site et des aéroports, qui relèvent de la compétence de la police fédérale. Elle projettera également deux binômes mixtes lors du prochain exercice commun entre la Cellule nationale d'aide à la mobilité (CNAMO) et des unités semblables de la police fédérale allemande et de polices de plusieurs Länder (Bundespolizei et Landespolizei), qui se déroulera en Allemagne.

Maintien de l'ordre : Français et Allemands échangent leurs savoir-faire

Face à la violence croissante des manifestants au cœur des Zad et à la nécessité constante de s'adapter aux nouveaux modes d'action de l'adversaire, ..

Lire la suite...

Ces premières missions, entre lesquelles les gendarmes rejoignent leur unité respective et reprennent le cours habituel de leurs missions, illustrent bien la plus value que peut apporter l'UOFA en termes de conseil, de renseignement et de traduction au profit des unités de terrain, de la gendarmerie départementale comme mobile, ainsi que des postes de commandement opérationnel.

Nul doute que son calendrier d’engagement continuera de se remplir…