Actualités

Un adjudant et son Saint-Hubert récompensés aux Trophées des chiens héros

Auteur : Maud Protat-Koffler - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© Sirpa Gend - BRC F. Garcia
© Tous droits réservés

Les Trophées des chiens héros, portés par la Société centrale canine, ont été décernés à 11 candidats, hier, dans les salons de l’Hôtel de Ville de Paris. Parmi eux, l’adjudant David Robin et sa chienne Happle, qui ont reçu le Coup de cœur du jury.

Au moment de gravir l’escalier d’honneur de l’Hôtel de Ville, Happle et Crokdur, deux Saint-Hubert femelles, se prêtent jovialement au jeu des photographes. Après cinq années de service, l’une d’elles recevra ce soir le prix Coup de cœur du jury, sous le regard de sa relève.

Pour la deuxième édition des Trophées des chiens héros, la Société centrale canine (SCC) a souhaité récompenser onze équipes cynophiles, sur une centaine de candidatures reçues, pour « donner un relief profond » à l’engagement d’hommes et de femmes et de leurs compagnons à quatre pattes, dont « l’aide peut s’avérer parfois déterminante », selon Michel Mottet, président de la SCC.

© Sirpa Gend - BRC F. Garcia

© Tous droits réservés

Le Saint-Hubert en gendarmerie

Son maître l’admet avec un sourire : « Le Saint-Hubert n’est pas un chien d’obéissance, l’élevage se fait à l’affect. » Affecté au Peloton de surveillance et d’intervention gendarmerie Sabre d’Auch, dans le Gers (32), l’adjudant David Robin travaille et vit aujourd’hui avec ses deux chiennes, Happle et Crokdur. Deux caractères bien trempés, caractéristiques de cette race de chien de chasse qui ne transige pourtant pas avec l’affection !

En 2003, le Centre national d’instruction de la gendarmerie décide de soumettre les Saint-Hubert aux tests de pistage. À l’issue, deux groupes de six chiens sont créés en 2003, puis en 2012. Capables de suivre une piste remontant jusqu’à 7 jours, contre environ 48 heures pour les autres races, ces chiens appartiennent au haut spectre de la recherche de personnes disparues. La gendarmerie nationale possède aujourd’hui douze Saint-Hubert opérationnels, répartis auprès d’une quinzaine de conducteurs dans des PSIG et des groupes d’investigations cynophiles. Ce sont les seuls maîtres de chiens autorisés à recevoir leur animal encore chiots.

Happle, chien héros

Happle a 6 ans et demi et pèse 45 kg. Spécialisée en haute technicité de pistage, elle entame cette année ses dernières missions, après en avoir accompli près de 350, permettant notamment de sauver la vie de 19 personnes. « Derrière ce chien se cache une formation longue et assidue de 2 ans, au terme de laquelle on passe un examen opérationnel qui consiste en une piste à 24 heures de délais, en milieu semi-urbain », explique l’adjudant David Robin.

Après avoir passé dix ans au régiment de cavalerie de la garde républicaine, puis six ans en unité montagne, l’adjudant David Robin rejoint le PSIG d’Auch en 2012. Il reçoit Happle la même année, sur base du volontariat, ce qui lui confère l’exclusivité du dressage de Saint-Hubert. De ce fait, l’adjudant sera toujours amené à travailler avec cette race : « La formation est si longue et nous sommes si rares qu’il faut conserver ce savoir. »

© Sirpa Gend - BRC F. Garcia

© Tous droits réservés

Happle est le seul Saint-Hubert de la région Midi-Pyrénées. Parmi ses derniers faits marquants, elle a notamment sauvé la vie d’une personne dépressive et suicidaire, disparue depuis 3 jours, qui voulait attenter à sa vie. Avant elle, aucun chien n’avait réussi à la retrouver. Le 15 octobre 2018, le binôme retrouve également une femme disparue, cachée et masquée sous un épais manteau de ronces. Happle fait preuve d’une abnégation sans faille pour percer cette barrière végétale et permettre aux gendarmes de la sauver, alors que la victime avait absorbé de nombreux médicaments.

Autant d’exploits qui ont suscité l’admiration d’un jury composé de plusieurs journalistes, d’élus et de diverses personnalités militaires et civiles.

Dans quelques mois, Happle sera donc remplacée par Crokdur, une femelle de 7 mois et de 38 kg, actuellement en formation.

En France, 5 000 chiens sont formés chaque année au sein des forces de l’ordre et des forces armées.