Vœux du ministre de l’Intérieur à la gendarmerie nationale

auteur : Morgane Jardillier - publié le
©

Christophe Castaner a adressé ses vœux à la gendarmerie, jeudi 9 janvier, à l’occasion d’une prise d’armes dans la cour d’honneur de l’Hôtel des Invalides (Paris 7e).

Jeudi 9 janvier, à midi, le ministre de l’Intérieur a présenté ses vœux à la gendarmerie, depuis l’Hôtel national des Invalides, à Paris, en présence de Laurent Nunez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, et du général d’armée Christian Rodriguez.

La cérémonie a débuté par une remise de différentes décorations (légion d’honneur, médaille militaire, ordre national du mérite, médaille de la gendarmerie nationale, médaille d’or de la défense nationale et de la sécurité intérieure), sur le front des troupes.

En propos introductifs à l'intervention du ministre, le directeur général de la gendarmerie nationale a présenté les vœux de l’Institution au ministre de l’Intérieur, dans la salle Turenne du Musée de l’Armée. L’occasion pour lui de revenir sur l’année 2019, qui a généré un fort engagement, avant de faire part de ses ambitions pour l’avenir.

Gend 20.24 : pour la population, par le gendarme

Le général d’armée Rodriguez a tenu à souligner l’engagement permanent et « particulièrement fort » des gendarmes en cette année 2019, à l’image de la mobilisation des forces de gendarmerie lors de la Saint-Sylvestre. « Cette nuit du 31 fut à l’image de l’ensemble de l’année, où la gendarmerie a pleinement fait sien son slogan, ancien mais toujours actuel, “une force humaine”. Partout, en métropole, outre-mer ou à l’étranger, aux côtés de nos camarades des armées, elle a mis sa disponibilité, sa réactivité et sa robustesse au service de la sécurité de la France et des Français, œuvrant “pour la population, par le gendarme” ».

Il a ensuite rendu hommage au général Richard Lizurey, qui a « su tracer des perspectives à long terme, avec une vision d’une rare ambition. […] Il a écrit les premières pages de la gendarmerie de demain, en suivant une seule ligne directrice, qui fait notre ADN, conditionne notre efficacité et légitime notre action : la proximité, le contact, ce rapport unique à la population qui constitue le socle du travail de tout gendarme ».

© Sirpa Gend - MAJ F. Balsamo et GND F.Garcia

Après avoir détaillé sa vision du métier et des valeurs de la gendarmerie, le directeur général a annoncé la transformation des modes d’action et de travail, à travers le nouvel agenda Gend 20.24 : « Un agenda ambitieux, réaliste, concret, au terme duquel les 130 000 hommes et femmes d’active et de réserve - qui font et sont notre force ! - disposeront d’outils modernes et de méthodes de travail innovantes pour mieux servir la population et notre pays. »

À son tour, le ministre de l’Intérieur est revenu sur les moments forts qui ont marqué l’année 2019 et a présenté les grands défis de la gendarmerie pour l’année 2020.

Revenant sur une année 2019 « difficile, éprouvante et dense », Christophe Castaner a salué l’engagement particulièrement exemplaire des gendarmes mobilisés, notamment lors du mouvement des gilets jaunes. « Dans ces heures, la République a été menacée, mais vous avez été là. Là pour la défendre. Là pour la protéger. Et si la République n’a pas vacillé, elle vous le doit avec vos camarades de la police nationale. »

L’occasion également pour lui de renouveler toute sa confiance au directeur général pour mener les réformes nécessaires et réussir les transformations indispensables pour la sécurité des Français et pour l’avenir de la gendarmerie.

Le ministre compte notamment sur la capacité d’innovation des gendarmes.

« La gendarmerie est la force qui voit au loin, qui anticipe et cherche toujours à comprendre les délinquances de l’avenir. Cela doit perdurer. »

Il a ainsi indiqué sa volonté de franchir une nouvelle étape dans la lutte contre les stupéfiants, avec la création de l’OFAST et de continuer à « traquer les cyber-délinquants », en s’appuyant sur le réseau Cybergend.

Le ministre de l’Intérieur a particulièrement mis l’accent sur sa volonté de lutter contre tous types de violences : « Qu’elles soient gratuites, racistes, sexistes. Qu’elles visent une religion, un genre ou une orientation sexuelle. Qu’elles visent un conjoint : aucune violence n’est tolérable dans notre pays. »

Il a notamment rappelé à cette occasion tout l’intérêt du dispositif Demeter, permettant de lutter contre les violences et les intimidations envers les agriculteurs. « Je vous demande d’utiliser le lien spécial qui vous unit au monde rural pour lutter avec détermination contre ce phénomène. »

Désirant justement continuer à « cultiver le lien » qui unit les Français à la gendarmerie, Christophe Castaner souhaite poursuivre la police de sécurité du quotidien, notamment à travers le déploiement de quartiers de reconquête républicaine en zone gendarmerie.

Afin que la gendarmerie soit à la hauteur des attentes du gouvernement, des mesures indemnitaires fortes pour l’Institution ont été annoncées : une hausse de solde de 100 € par mois pour chaque sous-officier, la montée en puissance des effectifs avec la création de 500 postes et une enveloppe de 15 millions d’euros allouée à la sécurisation des casernes.

Il a enfin indiqué sa volonté de voir l’Institution en perpétuelle évolution : « je vous demande de moderniser encore votre action territoriale et de réfléchir à des nouveaux modèles de brigades. Je vous demande de réfléchir aux liens avec les collectivités, pour les renforcer. Je vous demande de continuer à développer nos outils numériques. Je vous demande également de continuer à nouer des liens de confiance et de travail commun avec la police nationale. »

Le ministre a enfin terminé son discours en adressant ses vœux à l'ensemble des personnels de la gendarmerie nationale et à leurs proches.

© Sirpa Gend - MAJ F. Balsamo et GND F.Garcia