Actualités

Cybersécurité : le groupement du Morbihan s’engage dans la protection numérique des entreprises et des collectivités territoriales

Auteur : la capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃6 min.
© GGD 56

Face à la multiplicité des risques cyber pour les entreprises et les collectivités, le groupement de gendarmerie départementale du Morbihan développe une offre de services sur mesure, grâce à des « Référents augmentés », spécialement formés à cette thématique.

Infiltration dans les systèmes d’information, hameçonnage, ingérence économique… En plus d’avoir une portée financière, ces risques nuisent à la réputation des entreprises. Particulièrement exposées, les Très petites entreprises (TPE), les Petites et moyennes entreprises (PME) et les collectivités territoriales n’ont malheureusement pas toujours les moyens matériels, humains ou financiers de se doter de solutions organisationnelles et techniques pour assurer la défense de leurs activités et la protection de leurs données.

Consciente des dangers que peut présenter la cybercriminalité pour les acteurs économiques et institutionnels, la gendarmerie a, depuis plusieurs années, développé ses compétences dans ce domaine, notamment par la formation des enquêteurs Nouvelles Technologies (NTECH), qui investiguent sur la toile et exploitent les données numériques afin d’identifier les cyberdélinquants. Soucieux des besoins sécuritaires des acteurs locaux et face à une menace cyber toujours plus prégnante, le Groupement de gendarmerie départementale du Morbihan (GGD 56) a engagé une démarche de perfectionnement de son action au sein du cyberespace, en développant la formation de ses référents sûreté, de ses référents intelligence économique et de ses techniciens de la Section opérationnelle de lutte contre les cybermenaces (SOLC), créant ainsi une communauté de « Référents augmentés », en mesure d’agir auprès des dirigeants d’entreprises et d’organismes publics et privés.

Une formation spécifique à la cyberdéfense

Conscient de l’enjeu sécuritaire que le cyberespace représente, le GGD 56 a choisi de s’engager pleinement dans la prévention auprès des acteurs économiques, en formant ses militaires à la sécurité informatique, aux cyberattaques et au droit lié au numérique. À l’initiative du groupement, en juin 2020, une convention de partenariat a d'ailleurs été signée entre l’Université de Bretagne Sud et la gendarmerie, pour la mise en place d’un nouveau diplôme universitaire intitulé « Cyberdéfense TPM/PME, organismes publics et privés ».

Cette formation, d’une durée de sept mois à raison de cinq jours par mois, permettra aux militaires de comprendre le contexte opérationnel des entreprises ainsi que d’identifier et d’évaluer les failles de sécurité auxquelles elles doivent faire face. Ceux-ci seront alors en mesure de proposer aux dirigeants concernés un plan de sécurité adapté, en définissant des objectifs et des règles à suivre.

Comptant actuellement douze gendarmes, dont huit issus du GGD 56, la formation a été inaugurée vendredi 16 octobre dernier, en présence du général Pierre Sauvegrain, commandant la région de gendarmerie de Bretagne.

À cette occasion, était organisée la première conférence, intitulée « Situation globale actuelle des entreprises en matière de sûreté, de gestion de crise et d’intelligence économique », donnée par le général (2S) Richard Lizurey, président d’Aquilos et ancien directeur général de la gendarmerie.

« Avec cette formation, le but est de monter en compétences des militaires de la SOLC et différents référents dans les domaines de la cybersécurité et du monde de l’entreprise, explique le colonel Pascal Estève, commandant le GGD 56. Ces militaires formés pourront ensuite sensibiliser les brigadiers des unités territoriales aux problématiques cyber. L’objectif final recherché est de structurer une gendarmerie morbihannaise du cyber et de faire des 36 brigades territoriales du département de véritables « guichets d’accueil numérique », pour mieux accueillir, prendre en charge et orienter les victimes d’actes cyber. »

© GGD 56

Une cellule dédiée à la cybersécurité des entreprises

La formation universitaire vient s’inscrire dans la volonté de la gendarmerie morbihannaise de créer une communauté de « Référents augmentés », capables de proposer aux TPE/PME et aux organismes publics et privés, une offre de services adaptée en matière de cybersécurité.

Son action a débuté durant le confinement, par la mise en place d’une cellule dédiée à la protection des entreprises et des collectivités. En associant dans une même entité des enquêteurs NTECH, des techniciens de la SOLC, des référents sûreté et des analystes en renseignement, le GGD 56 innove grâce à une démarche décloisonnée, lui permettant d’allier cyberprévention, prévention situationnelle et intelligence économique.

« Aucun opérateur étatique n’est actuellement en mesure de proposer ces services, explique le colonel Pascal Estève. Depuis quelques semaines, nous médiatisons et rencontrons tous les acteurs économiques (MEDEF, CGPEM, CCI,…) du département pour présenter et vérifier la pertinence de notre projet. L’accueil est très favorable et nombre d’entreprises et de collectivités sont intéressées par les bonnes pratiques que nous sommes en mesure de leur délivrer ». À terme, des référents Intelligence économique, particulièrement sensibilisés au secteur économique, viendront également compléter la cellule.

Veille, prévention et accompagnement numérique

Dans le but de proposer des services adaptés à la conjoncture sécuritaire, la cellule dédiée assure une veille des renseignements, aussi bien en provenance des sources ouvertes que ceux recueillis par les unités de terrain. Sur cette base, une analyse peut alors être effectuée afin d’identifier les risques en présence et les collectivités, organismes et entreprises les plus exposés. L’objectif de la cellule est d’avoir un rôle proactif en matière de cybersécurité et de prévenir les risques afin que les acteurs économiques n’aient pas à subir d’éventuelles attaques.

La communication joue alors un rôle essentiel. Grâce au maillage territorial tissé par les correspondants sûreté et nouvelles technologies au sein des brigades, et à l’aide des différents canaux d’information, des messages de prévention peuvent être rapidement diffusés auprès des acteurs économiques locaux concernés. Mais il ne s’agit pas non plus de laisser les entreprises livrées à elles-mêmes avec les renseignements fournis. La formation des militaires de la cellule leur permet de réaliser des diagnostics sécurité au profit des entités économiques et de leur proposer une stratégie de défense contre la malveillance, adaptée à leur structure, afin de prévenir la crise. L’accompagnement se poursuit également en cas de survenance d’une crise. Quelles mesures conservatoires prendre ? Quels renseignements doivent être remontés aux services d’enquête ? Les militaires de la cellule dédiée sont en mesure d’apporter des réponses aux dirigeants, afin de permettre, d’une part, d’éviter la réitération de l’attaque et d’identifier la faille du système informatique et, d’autre part, de faciliter le travail des enquêteurs dans la phase judiciaire.

Grâce à la formation universitaire et à la création d’une entité dédiée, les gendarmes morbihannais s’engagent résolument dans la lutte contre les cybermenaces. À travers cette démarche innovante, le GGD 56 s’inscrit pleinement dans la stratégie de transformation de l’Institution, visant, par la création d’offres de protection sur mesure, à mieux protéger et répondre aux attentes des acteurs économiques. La diversité des compétences mises à sa disposition permet à la gendarmerie de confirmer sa capacité à répondre présent, quelles que soient les problématiques auxquelles elle a à faire face.