Actualités

Des gendarmes tout terrain pour lutter contre les incivilités

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© Tous droits réservés

Alors que la nature tend à reprendre ses droits, le naturel de certaines personnes aussi... Le confinement n’empêche ainsi pas la survenance de rodéos, l'organisation de barbecues ou la multiplication des dépôts sauvages. Motos, chevaux, drones, les gendarmes diversifient les moyens pour faire cesser ces incivilités.

En pleine période de confinement, ce ne sont pas les idées qui manquent à certains en matière d’activités… de plein air ! Alors que la majorité des Français s’emploient à rester chez eux pour éviter la propagation du virus, d’autres ont tendance à considérer ces secteurs dégagés comme leur propriété.

Rodéos ou dépôts sauvages, incivilités à gogo

Depuis début avril, de nombreuses incivilités ont été constatées sur l’ensemble du territoire, traduisant également un certain relâchement dans le respect du confinement avec l’arrivée des beaux jours.

Certains n’hésitent ainsi pas à enfourcher leur moto cross ou leur quad pour s’adonner à des rodéos. Malheureusement, ces faits occasionnent bien souvent des nuisances sonores pour la faune ou le voisinage, dégradent le milieu naturel voire les champs cultivés, et peuvent être à l’origine d’accidents graves.

Les déchetteries étant fermées actuellement, ou réservées aux professionnels, les gendarmes constatent également de nombreux dépôts sauvages, qu'il s'agisse d'encombrants, de gravats, mais aussi de masques ou de gants usagés. Ces derniers engendrent non seulement une pollution des sols et des eaux, mais aussi un coût financier pour les communes, qui doivent ensuite faire procéder à leur enlèvement. Enfin, certains n’hésitent pas à se regrouper et à organiser des barbecues en pleine nature, impliquant là encore une pollution mais aussi un risque d’incendie.

Face aux rodéos, des gendarmes à moto

Afin de stopper les amateurs de vitesse et de sensations fortes, les gendarmes sortent leurs propres cylindrées ! En cette période de crise, l’escadron départemental de sécurité routière du Val-d’Oise a, par exemple, été renforcé par l’escadron motocycliste de la garde républicaine. Ces gendarmes bénéficient également du prêt, par Yamaha Motor Europe, de trois motos tout-terrain. Cela leur a ainsi permis d’intervenir, le 9 avril dernier, au Heaulme et à Marines, et de procéder à cette occasion à la mise en fourrière de trois motocross et d’un véhicule utilitaire. Une semaine plus tard, les militaires rappelaient le dépanneur pour faire enlever cette fois trois véhicules, une moto et un quad, après avoir verbalisé les propriétaires pour non-respect du confinement.

Le 17 avril dernier, dans la Marne, les gendarmes motocyclistes de Vitry-le-François ont également mis un terme à un rodéo sauvage. Repérés initialement par le peloton de surveillance et d’intervention, deux individus au guidon de motos cross non homologuées et dépourvues de plaque ont fui le contrôle. Les gendarmes de la brigade motorisée ont pu les rattraper alors qu’ils empruntaient le chemin longeant le canal de la Marne. Les deux « pilotes » ont été placés en garde à vue et leurs engins confisqués. Ils seront convoqués au tribunal au mois d’octobre.

Gendarmerie de la MarneGendarmerie de la Marne
© Gendarmerie de la Marne

Une maîtrise de tous les territoires

Si les rodéos passent rarement inaperçus, les barbecues improvisés ou les dépôts sauvages, souvent pratiqués à l’abri des regards, peuvent sembler plus difficiles à constater. Les moyens déployés par la gendarmerie pour contrôler le respect du confinement s’avèrent alors imparables. L’utilisation des drones permet, par exemple, d’étendre considérablement la vision des patrouilles. De cette manière, les gendarmes de l’Essonne ont décelé, le 10 avril dernier, un groupe organisant un barbecue au beau milieu d’un parc fermé durant le confinement. Chaque participant a ainsi écopé d’une amende de 135 euros, qui devrait leur faire passer l’envie de brochettes grillées.

Gendarmerie de l'EssonneGendarmerie de l'Essonne
© Gendarmerie de l'Essonne

Les chevaux se révèlent aussi être un formidable appui pour les unités de terrain. Une patrouille équestre du détachement de la garde républicaine de Marseille a ainsi été déployée pour lutter contre les dépôts sauvages qui se multiplient dans les Bouches-du- Rhône.

Gendarmerie des Bouches du RhôneGendarmerie des Bouches du Rhône
© Gendarmerie des Bouches du Rhône

Enfin, les gendarmes se coordonnent également avec d’autres services pour maîtriser les territoires les plus inaccessibles. C’est le cas dans l’Eure où, le 19 avril dernier, les gendarmes de la compagnie de Louviers ont procédé à un contrôle en forêt de Bord, en lien avec les agents de l’Office national des forêts (ONF) et de l’Office français de la Biodiversité (OFB). Pas d’incivilité constatée ce jour-là, mais les militaires ont pu remarquer que le confinement n’arrêtait pas certains promeneurs ou sportifs, rencontrés bien au-delà du kilomètre réglementaire.

Gendarmerie de l'EureGendarmerie de l'Eure
© Gendarmerie de l'Eure