Actualités

Deux frères au GIGN

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© Sirpa Gend – GND Florian Garcia

Dans le cadre d’une opération solidaire interarmées, au profit des orphelins et veuves de militaires, plusieurs enfants participent cet été à des aventures au sein des différentes forces : Terre, Air, Marine et gendarmerie. Mathias et Maël, accompagnés par leur maman, ont ainsi pu découvrir, le temps d’une journée, le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN).

 

« On s'est déguisés, on s'est cachés et on a écouté tout ce qu'ils disaient. Je crois que c’étaient des trafiquants d'armes ou quelque chose comme ça. Et puis on a gagné. » L'observation recherche, expliquée par Maël, 11 ans, c'est assez simple finalement. Pour lui et son frère Mathias, 15 ans, tout a donc commencé, ce vendredi 17 juillet, par une planque en tenue « ghillie »…

Un plan B pour les orphelins

Si Mathias et Maël ont pu vivre une journée exceptionnelle au sein du GIGN, à Versailles-Satory, c'est en grande partie grâce à Christophe Papillon. Cet ancien parachutiste, touché par le décès d'un ami soldat, s'était lancé, fin 2018, dans une traversée de l'Atlantique à la rame, en solitaire et sans assistance. Une aventure de 64 jours qui lui a permis de récolter plus de 80 000 euros pour les veuves et les orphelins des militaires morts pour la France.

Un nouveau défi était prévu en 2020 : la traversée de l'Antarctique en pulka, une grosse luge fermée, toujours en solitaire. « La crise sanitaire et le confinement ont brutalement mis fin au projet, explique-t-il. Il a fallu très vite rebondir et trouver un plan B. D'où l'idée d'accompagner des orphelins et des veuves de militaires dans des aventures riches en découvertes et en sensations durant l'été 2020, avec les armées de Terre et de l'Air, la gendarmerie et la marine. » Une manière de faire perdurer l'effet Papillon.

La gendarmerie nationale fut la première en action. Le programme a été concocté avec le soutien de l'association « Les képis pescalunes », qui avait mis en place, l'an passé, l'opération « Du bleu dans les yeux ».

Les Képis Pescalunes donnent du rêve aux orphelins de la gendarmerie

Depuis 2008, 52 enfants ont perdu un de leurs parents, gendarme, en mission ou en exercice. Afin de montrer à ces orphelins qu’ils font toujours part..

Lire la suite...

Vendredi 17 juillet, le Groupe a donc accueilli Mathias et Maël, dont le papa était engagé à l'antenne GIGN d’Orange, accompagnés de leur maman, pour une journée bien remplie qu'ils ne risquent pas d'oublier.

Après la FOR (Force Observation Recherche), en début de matinée, rencontre avec l'un des bergers belges malinois de la cellule cynophile. Au programme : exercice de détection d'explosif sur véhicule et de mordant. Les deux frères se montrent très impressionnés par ce chien d'élite.

Place ensuite aux gadgets de la section des moyens spéciaux, qui apporte un appui technique aux trois forces du GIGN (observation, intervention et protection). Micros et robots espions, faux cailloux ou bidons rouillés pour les dissimuler, drones miniatures… Bienvenue dans le labo de James Bond ! Mathias et Maël adoptent immédiatement le Recon Scout, ce mini-robot tout-terrain qu'on peut lancer à plusieurs mètres et suivre à la trace sur son écran de contrôle. « Maman, j'en veux un pour Noël », s'exclame Maël. Le joujou coûtant tout de même 20 000 euros, il faudra faire intervenir un négociateur !

 

« C’est toi qui portes le sac ! »

Le temps file à toute vitesse et l'heure est déjà venue de partir déjeuner. Le taxi des enfants les attend… Un Sherpa ! Les yeux écarquillés, les enfants montent à bord du véhicule d'assaut, qui peut tout de même atteindre les 110 km/h, malgré sa dizaine de tonnes à la pesée. Pas facile à garer cela dit.

En début d'après-midi, vient le tour de la Force intervention (F.I.), l'unité d'assaut du GIGN. Le commandant détaille le matériel : gilet, fusil, masque à gaz, trousse de secours, bouclier. « C'est toi qui portes le sac Mathias », glisse Maël à son grand frère, après avoir tenté de le soulever lui-même, en vain. Visite ensuite des imposants véhicules blindés, avant la découverte de l’armement utilisé par les gendarmes de la F.I., des armes de poing aux armes de précision.

En bas d’un escalier, ils pénètrent ensuite dans une pièce plongée dans l'obscurité… Ils sont aussitôt pris en otage ! L'intervention rapide de deux hommes du GIGN permet leur libération. Pas le temps de dire ouf ! Les voici eux-mêmes en action sur le pas de tir : carton plein pour les deux frangins !

Décollage immédiat

Sortie du bâtiment, retour d’un soleil généreux, la température monte… Soudain, un bruit de rotors en provenance du terrain de sport… Un EC 145 des Forces aériennes de la gendarmerie (FAG), venu de la base de Villacoublay spécialement pour l'occasion, vient de se poser. Décollage immédiat pour un vol exceptionnel d'une demi-heure, de la Tour Eiffel au Stade de France, du Sacré-Cœur au Château de Versailles. Inoubliable.

La journée se termine par une visite du tout nouveau musée du GIGN, où Mathias et Maël ont notamment pu participer, en réalité virtuelle, aux entraînements du Groupe. On en connaît deux qui ont dû bien dormir lors du retour à Orange.

À la fin du mois de juillet, Mathias complétera son aventure estivale à Montauban, sans son frère, un peu trop jeune, avec les soldats de l’armée de Terre. Il effectuera une plongée avec bouteilles dans les eaux du Tarn, puis un saut en parachute en tandem. On sait qui aura les souvenirs les plus cools à raconter à sa rentrée au lycée.