Actualités

« Elle ne supportait pas l’injustice »

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© Tous droits réservés

Le décès de la major Mélanie Lemée, le 4 juillet, et la cérémonie militaire qui lui a rendu hommage, le 9 juillet, ont suscité une émotion nationale, et mis en évidence la violence que subissent de plus en plus souvent les gendarmes et les policiers lors des contrôles routiers.

La cérémonie militaire en l’honneur de la major Mélanie Lemée, jeudi 9 juillet à Mérignac, a été un moment fort de recueillement pour sa famille et ses frères d'armes. Le groupement de gendarmerie départementale (GGD) du Lot-et-Garonne et la brigade de proximité d’Aiguillon ont reçu de très nombreux messages de soutien. Dans cette période difficile, ces marques de camaraderie et d’esprit de corps ont une valeur inestimable pour tous les personnels du groupement. En leur nom, le colonel Laurent Villieras, commandant le GGD du Lot-et-Garonne, et la major Alexa Camy, commandant la COB d’Aiguillon, tiennent à remercier tous les gendarmes et la communauté de la gendarmerie pour ces témoignages.

De nombreux téléspectateurs ont pu suivre en direct la cérémonie sur les chaînes d’information continue. Les matinales de France Info et Europe 1 lui ont consacré un reportage. Les journaux télévisés de TF1 et France 3 avaient également abordé le sujet lors des jours précédents, dans leurs différentes éditions. Cette médiatisation est le reflet de l’émotion nationale suscitée par ce drame.

 

Revoir le reportage de LCI

Revoir le reportage de BFM

 

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et le directeur général de la gendarmerie nationale, le général d’armée Christian Rodriguez, rendent hommage à la major Mélanie Lemée.Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et le directeur général de la gendarmerie nationale, le général d’armée Christian Rodriguez, rendent hommage à la major Mélanie Lemée.

La major Mélanie Lemée reçoit les honneurs militaires

Une cérémonie en l’honneur de Mélanie Lemée s’est déroulée, ce jeudi 9 juillet, à Mérignac, au siège de la région de gendarmerie Nouvelle-Aquitaine, p..

Lire la suite...

La France endeuillée

Au-delà de la famille et des proches de la victime, tous les gendarmes sont « individuellement touchés mais collectivement debout » comme l’a souligné la colonelle Maddy Scheurer, porte-parole de la gendarmerie. C’est finalement la France toute entière qui est endeuillée. La gendarmerie a d’ailleurs reçu de très nombreux témoignages de personnes ayant connu la jeune femme et ils sont unanimes : par sa personnalité positive et ses qualités de gendarme, Mélanie Lemée était fortement appréciée.

« C’est une perte pour sa famille et pour nous gendarmes, mais aussi pour tous les citoyens, car elle ne supportait pas l’injustice et le montrait au quotidien avec son caractère bien trempé », a résumé le gendarme Clément Sauvaud de la brigade de proximité de Laroque-Timbaut (47), au micro de France Info. D’autres camarades de Mélanie, le maréchal des logis-chef Thomas Issert, de la brigade de proximité d’Agen, et l’adjudant Georges Galland, du peloton de surveillance et d'intervention gendarmerie d'Agen, se sont exprimés à la suite de la cérémonie.

De nombreux médias sont également revenus sur son parcours de championne de judo. « Elle était foncièrement gentille et humaine, avec de vraies qualités sportives et physiques. La gendarmerie correspond d’ailleurs bien aux valeurs du judo », a ainsi déclaré son entraîneur Frédéric Remars au magazine Valeurs Actuelles.

 

33 refus d’obtempérer par jour

Ce drame a aussi malheureusement mis en évidence la réalité de la violence que subissent trop souvent les forces de l’ordre lors des contrôles routiers. Les chiffres de la gendarmerie nationale sont à cet égard éloquents : l’an dernier, il y a eu plus de 12 000 refus d’obtempérer, c’est-à-dire 33 par jour en moyenne ; en 2019, ce sont plus de 220 gendarmes qui ont été blessés à la suite d’une agression avec un véhicule.

Le 4 février 2018, en Gironde déjà, l’adjudant David Lannes, qui avait servi à la brigade d’Aiguillon de 2012 à 2014, trouvait la mort dans des circonstances similaires. Il avait été percuté par un motocycliste, lancé à vive allure, qui n’avait pas obtempéré aux injonctions.

Comme tous les gendarmes, Mélanie Lemée connaissait les risques de son métier. Mais, comme l’a souligné le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, lors de sa visite à Port-Sainte-Marie, le 7 juillet, « rien ne justifie qu'une jeune femme qui sert la République au quotidien connaisse ce sort ».

Afin de répondre aux nombreuses sollicitations des personnes souhaitant apporter leur soutien à la famille de Mélanie Lemée, une cagnotte a été ouverte sur le site de la Fondation « Maison de la Gendarmerie » pour une durée de 2 mois.