Actualités

La gendarmerie se mobilise pour le don du sang

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© BRC F. Ferroli

Tandis que les réserves de sang baissent depuis plusieurs semaines, il n’a jamais été aussi important de donner qu’en cette période de crise sanitaire. Aussi, les gendarmes ont mis à disposition leurs infrastructures pour que soient organisées plusieurs collectes, où de nombreux militaires et leurs familles ont répondu présent.

C’est un autre effet pervers de la pandémie de COVID-19 : la pénurie de sang. En pleine crise sanitaire, les donneurs n’osent pas se déplacer du fait du confinement et les stocks diminuent rapidement face aux besoins.

Aussi, fin mars, l’antenne médicale spécialisée du camp de Satory a entendu l’appel aux dons de l’Établissement français du sang (EFS) et s’est rapprochée du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) de Clamart pour envisager des solutions en local. Les médecins et les personnels du centre ont fait état de leurs difficultés face au confinement, les obligeant à réduire leurs déplacements pour assurer les collectes.

Mais quoi de mieux que le grand gymnase du Groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM) de Satory pour aménager un centre de transfusion au plus près des donneurs ? Cet espace, inoccupé durant la crise sanitaire, a ainsi trouvé une nouvelle fonction. Le CTSA a pu venir s’y installer avec tout son matériel de prélèvement. Permettant d’accueillir les donneurs dans le respect des règles de distanciation sociale et des gestes barrières, il s’est avéré être le lieu idéal pour organiser des campagnes de collecte.

Trois campagnes de collecte à Satory

La première d’entre elles s’est tenue les 1er et 2 avril derniers, en s’adressant, dans un premier temps, directement aux militaires du GBGM et du GIGN. Ces deux premiers jours ont rencontré un franc succès, puisque 150 candidats donneurs se sont présentés, permettant de collecter, d’ores et déjà, 132 poches de sang.

Face à cet engouement, une seconde campagne a été organisée les 15 et 16 avril, ouverte aux gendarmes du GBGM et du GIGN, mais aussi cette fois à ceux du groupement de gendarmerie des Yvelines, ainsi qu’aux membres de leurs familles. Un véritable élan de solidarité a pu une nouvelle fois être observé, avec 151 candidats donneurs et 145 poches de sang collectées.

Séduit par le concept et toujours à la recherche de donneurs, le CTSA a prévu une troisième campagne, qui se tiendra, dans les mêmes conditions, les 5 et 6 mai prochains.

Comment donner son sang durant la crise ?

Malgré les grands progrès de la médecine, il n’existe encore rien pour remplacer le sang humain nécessaire pour soigner plus d’un million de malades chaque année en France. Les produits sanguins sont utilisés dans de nombreuses situations d’urgence impliquant une hémorragie, mais aussi dans le cadre de besoins chroniques (maladies du sang et cancers), et dans la fabrication de médicaments. À cet effet, 10 000 dons de sang sont nécessaires en moyenne chaque jour.

Vous souhaitez également contribuer à alimenter les stocks de sang, mais ne savez pas comment vous y prendre en cette période d’épidémie ?

Sachez déjà que, malgré les mesures de confinement, les citoyens sont autorisés à se rendre à une collecte de sang, à condition de remplir une attestation de déplacement dérogatoire au motif d’assistance aux personnes vulnérables.

Seules les personnes présentant des symptômes grippaux ou ayant été en contact étroit avec un malade du COVID-19 au cours des 15 derniers jours ne sont pas admises dans les collectes.

En dehors de ces deux cas, les candidats donneurs se verront appliquer le protocole habituel, à savoir un questionnaire, suivi d'un entretien avec un médecin, avant d’envisager un don pratiqué dans le respect des mesures barrières.

Le site de l’EFS tient une cartographie actualisée des différents points de collecte en France, de la même manière que le site du service de santé des armées, dont les CTSA alimentent les hôpitaux militaires en produits sanguins.