Actualités

Opération « poignées de porte » pour des locaux de gendarmerie rénovés

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Illustration
© GEND/SIRPA/F.GARCIA

Cet été, un plan de réalisation d'opérations d'entretien et de petits travaux, dit « poignées de porte », a été engagé par le ministère de l’Intérieur, afin d'améliorer le cadre de vie et de travail des forces de l’ordre. À ce titre, près de 15 millions d’euros ont été alloués pour procéder à 1 700 opérations d’ici la fin de l’année. En voici quelques exemples…

À l’heure où l’on désinfecte les poignées de porte, il s’agit aussi de les réparer ! C’est le souhait du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, qui a annoncé cet été un plan de rénovation de 26 millions d’euros, dont 15 millions pour les locaux de gendarmerie.

Ainsi, le département des Deux-Sèvres s’est vu attribuer près de 110 000 euros pour améliorer les conditions de travail au quotidien des gendarmes et des policiers. Dans cette enveloppe, plus de 85 000 euros ont permis de réaliser dix-sept opérations de rénovation dans différentes brigades du département : une porte de garage changée à Lezay, la couverture des garages réparée à Parthenay, etc.

« Nous avons disséminé les actions dans tout le territoire. En tant que commandant d’unité, et qui plus est de caserne, je dois veiller à maintenir l’outil de travail à un bon niveau et à la sécurité des personnels. C’est une préoccupation permanente », a expliqué, à Ouest-France, le colonel Jean-Pascal Château, commandant le groupement.

Toujours à ce titre, des travaux ont été entrepris dans la caserne de Niort, afin d'améliorer la sécurité passive des gendarmes et de leurs familles. Deux bureaux ont également été réhabilités, pour un coût de 15 000 euros, afin de permettre aux gendarmes de réorganiser les locaux et de gagner en confidentialité pour les auditions.

Adapter les locaux aux besoins actuels

De la même manière, ce n’est pas parce que la commune de Provins est connue en tant que cité médiévale, que les locaux de la gendarmerie doivent rester au temps du Moyen-Âge ! Grâce aux crédits alloués par le ministère, des opérations de rénovation ont donc également été entreprises, pour un coût de 32 384 euros. Celles-ci concernaient notamment la réfection des portes de service, le rehaussement des clôtures et la modification du chenil. Il a également été question de vérifier les toitures, de nettoyer les gouttières et de remplacer les dauphins sur l’ensemble de la caserne.

« Ces travaux sont mis en œuvre dans le cadre de l'amélioration du cadre de vie des familles et des conditions de travail des militaires. À Provins, il n'y a pas de problème particulier de vétusté, mais l'idée, comme partout, est d'adapter les dispositifs de protection de la caserne aux nécessités d'aujourd'hui », a souligné, dans La République, la cheffe d’escadron Camille Leroy, à la tête de la compagnie.

Avec un budget global de 313 276 euros, le groupement de gendarmerie départementale de Seine-et-Marne a aussi pu entreprendre des travaux dans ses casernes de Meaux, de Coulommiers, de Fontainebleau et de Melun.

À l’image de ces deux départements, de nombreux territoires se sont vu allouer une enveloppe pour procéder aux travaux nécessaires. Les locaux de gendarmerie rénovés permettront d’entamer l’année 2021 en beauté !