Actualités

Première Journée nationale d’hommage aux victimes du terrorisme

auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
© Twitter christophe castaner

La cérémonie de la première Journée d’hommage aux victimes du terrorisme s’est déroulée ce 11 mars sur l’esplanade du Trocadéro, à Paris, sous la présidence du chef de l’État et en présence du roi d’Espagne.

Face au nombre d’attentats perpétrés en France depuis le début des années 1970, le président de la République avait décidé, le 19 septembre 2018, d’instituer une commémoration annuelle pour les victimes du terrorisme en France et les Français frappés à l’étranger.

11 mars : un triste anniversaire

La première Journée nationale d’hommage a ainsi eu lieu mercredi 11 mars, sur le parvis des droits de l’Homme, au Trocadéro, lieu symbolique de Paris. Cette date fait écho à la journée européenne des victimes du terrorisme. Elle s’avère aussi être un triste anniversaire et ce, à double titre, puisque le 11 mars 2004, les attentats de Madrid faisaient 191 morts et que le 11 mars 2012, Mohamed Merah entamait son périple meurtrier.

L’hommage était également relayé sur l’ensemble du territoire où, conformément au décret du 7 novembre 2019 instaurant la journée commémorative, de nombreux préfets pouvaient organiser des cérémonies d’hommage au niveau départemental.

Tous unis dans la douleur

La cérémonie d’hommage s’est déroulée sous la présidence d’Emmanuel Macron, accompagné de son épouse, ainsi que du roi et de la reine d’Espagne, spécialement conviés pour l’occasion. Plusieurs victimes, leurs familles, les associations, ainsi que différentes personnalités civiles et militaires étaient également présentes.

Après la lecture de plusieurs textes et l’interprétation de chants symboliques, des enfants originaires des villes touchées par les attentats ont déposé des panneaux portant le nom de leurs communes au pied d’un olivier commémoratif.

Discours du roi d'EspagneDiscours du roi d'Espagne
© Twitter Christophe Castaner

Durant la cérémonie, Felipe VI a remercié la France pour sa coopération politique, judiciaire et policière dans la lutte contre le terrorisme. Il a rappelé l’importance de cette solidarité européenne pour garantir la sécurité des citoyens mais aussi pour se souvenir, ensemble, de toutes les victimes des attentats. « La mémoire est un acte de respect (...) indispensable pour combattre le terrorisme, car le souvenir de ce qui a eu lieu constitue l’un des plus puissants catalyseurs pour lutter contre ce fléau », a affirmé le roi d’Espagne.

Unité, souvenir, action

Le président de la République a également pris la parole, saluant d’abord le courage de tous ceux qui sont intervenus pour aider et secourir durant les attentats, louant la chaîne fraternelle et solidaire qui s’est mise en place. « Ils espéraient nous diviser, ils n’ont fait que nous unir », a-t-il déclaré.

Le chef de l’État a ensuite rappelé l’importance d’honorer le souvenir de l’ensemble des victimes du terrorisme sous toutes ses formes. Dans ce cadre, il a annoncé que la cérémonie d’hommage se tiendrait chaque année dans une ville différente, « pour permettre à toute la Nation de veiller sur ses enfants assassinés ».

Emmanuel Macron a également annoncé la création à venir d’un musée-mémorial. Ce projet, confié à l’historien Henry Rousso, permettra d’offrir un endroit de recueillement « qui honorera la lumière vitale de la mémoire et de la connaissance », mais aussi d’informer et de sensibiliser les futures générations face à ces actes barbares.

Enfin, le président de la République a insisté, à son tour, sur l’action de tous les pays européens dans la lutte anti-terroriste. « La France n’a cessé de s’engager et de combattre et assume toute sa part (…) sans jamais renoncer à l’état de droit et tomber dans le piège de l’arbitraire », a-t-il précisé.

Rebondissant sur la nécessité de sauvegarder la démocratie, il a conclu en s’appuyant sur la devise de la République française : « Nous ne renoncerons pas à la liberté (…), à l’égalité (…), à la fraternité, nous ne renoncerons à rien, car nos enfants, nos amis, nos concitoyens sont tombés pour cela ! »