Actualités

#RépondrePrésent : en Mayenne, la gendarmerie organise des «patrouilles solidaires »

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© Tous droits réservés

Le Groupement de gendarmerie départementale (GGD) de la Mayenne a souhaité faire perdurer l’élan de solidarité qui a pu naître durant le confinement. Depuis mi-mai, des patrouilles composées de gendarmes, d’un élu et d’un jeune volontaire, vont à la rencontre de la population.

« L’union fait la force ! », s’il faut retenir une chose positive de la crise du coronavirus, c’est bien la solidarité qui s’est mise en place dans le pays ! La gendarmerie étant déjà adepte, depuis plusieurs années, du système de patrouilles mixtes (en lien avec la police municipale, les secouristes, les militaires de Sentinelle, etc), le GGD de la Mayenne a eu l’idée d’étendre ce concept en invitant d’autres acteurs à accompagner les gendarmes.

Un concept novateur

À l’arrivée du dé-confinement, le colonel Denis Aubert, commandant le GGD de la Mayenne, a souhaité entretenir le lien créé entre les institutions, mais aussi avec la population. Après mûre réflexion, il a imaginé un format de patrouille novateur composé à chaque fois, de gendarmes, d’un élu, et d’un jeune volontaire. « Intervenant dans des lieux publics au cœur du département, ces « patrouilles solidaires » permettent de remplir trois objectifs : rassurer la population, créer du lien intergénérationnel, et favoriser la cohésion sociale », explique-t-il. La première d’entre elles s’est tenue, le 14 mai dernier, à l’occasion de la réouverture du marché d’Evron. Les différents membres la composant ont pris soin d’expliquer aux usagers les gestes barrières devant être appliqués, de répondre à leurs questions et de les orienter vers le service adapté en fonction de leur problématique.

Des retours positifs

Dès le lancement du dispositif, ces premières patrouilles solidaires ont séduit aussi bien la population que ses propres participants : « J’ai tout de suite accepté d’y prendre part. Je suis persuadé que toutes nos institutions, en tant que service public, ont vocation à fonctionner ensemble pour démontrer leur cohésion », estime M. Joel Balandraud, maire de la commune d’Evron. L’élu apprécie cette initiative de la gendarmerie qui permet selon lui de renforcer réellement le lien avec les citoyens. « Une habitante ne comprenait pas pourquoi les gendarmes étaient présents au marché alors qu’il n’y avait aucun problème particulier. Ce n’est plus aussi naturel pour la population d’échanger en dehors de tout cadre répressif. Aussi, après un petit temps d’adaptation, ce dispositif incite à la discussion !», observe le maire.

© Service Communication de la Commune Nouvelle d'Evron

Les échanges ont été également particulièrement fructueux avec Dylan, un jeune collégien âgé de 15 ans, qui s’était porté volontaire pour effectuer cette première patrouille solidaire. «J’étais content de pouvoir rencontrer les gendarmes et les élus. J’ai pu apprendre beaucoup de choses à leurs côtés. Par exemple, je ne percevais pas l’importance d’une telle intervention sur le marché. Au final, ils poursuivent le même objectif : écouter la population et rassurer les gens pour qu’ils se sentent en sécurité », décrit-il. Si Dylan a rencontré essentiellement des seniors au cours de la patrouille, il estime que « la présence d’un jeune ne peut être que bénéfique », démontrant notamment l’intérêt de sa génération vis-à-vis de ses aînés. À en croire son enthousiasme, cette expérience pourrait même faire naître des vocations :  « Ces deux métiers m’intéresseraient vraiment car ils permettent d’être au contact de la population et d’aider les autres ».

Solidaires au-delà de la crise

Si le dé-confinement s’est révélé être une période parfaite pour développer ce type d’initiative, le GGD de la Mayenne ne compte pas cantonner ce dispositif au simple effet de la crise. Tandis que les premières patrouilles solidaires ont surtout permis d’expliquer les mesures permettant d’éviter la circulation du virus et de distribuer des masques, d’autres sont à présent organisées sur différents sujets. «Le thème abordé permet de lancer la conversation et facilite ensuite les échanges avec les gens. Une patrouille solidaire a eu lieu lors de la réouverture des déchetteries, afin que cela se déroule dans la sérénité et le respect des règles. Mais, face aux nombreux démarchages existants dans la commune, nous avons également pu prévoir une nouvelle patrouille, en lien avec la gendarmerie, pour prévenir les habitants contre les vols à la fausse qualité », se félicite M. Balandraud. Toujours dans le cadre de la reprise de l’activité, mais aussi de la prévention contre la délinquance, la compagnie de Mayenne a appliqué ce même dispositif pour aller à la rencontre des professionnels de santé ou encore des chefs d’entreprises implantées sur le territoire. La patrouille solidaire, une recette qui fonctionne !