Actualités

#RépondrePrésent : la gendarmerie maritime donne des masques FFP2 aux îles

auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
La gendarmerie maritime de Brest a donné cent masques FFP2 au maire de Molène, M.Daniel Masson.
© GMAR

Sur la façade Atlantique, la Gendarmerie maritime (GMAR) a pris le large en direction des îles, apportant ses masques FFP2 aux personnes isolées et pouvant être exposées au virus, mais aussi proposant son concours pour assurer des liaisons avec le continent en cas d’urgence.

« Vous c’est l’eau, c’est l’eau qui vous sépare, et vous laisse à part », chantait Laurent Voulzy en faisant référence aux îles. En pleine crise sanitaire, la gendarmerie maritime ne compte pas oublier tous les insulaires !

Des îles finistériennes…

Disposant déjà de masques chirurgicaux et de visières de protection pour ses militaires, la GMAR de Brest a souhaité mettre son reliquat de stocks d’urgence au profit de personnes susceptibles d’être exposées au COVID-19, mais souvent mal équipées du fait de leur isolement. Ces derniers jours, ses différentes unités ont ainsi acheminé plus de cent masques FFP2 sur les îles de Molène et d'Ouessant. Les gendarmes ont pu effectuer les livraisons grâce à leurs vedettes ; les masques étant réceptionnés à quai par les élus locaux. Cette action s’inscrit pleinement dans l’esprit de l’opération #RépondrePrésent. « Le but de celle-ci est de casser l’image parfois trop répressive de la gendarmerie, en mettant en avant son caractère d’aide », a souligné le chef d’escadron Francis Hermitte, commandant la GMAR de Brest, au journal Le Télégramme.

Ces unités n’en ont pas pour autant délaissé la côte, puisqu’elles ont également apporté des masques au cabinet médical de La Trinité, à Landivisiau, et qu’elles en ont cédé une autre centaine à la clinique de la Côte d’Émeraude, à Saint-Malo.

à celles du Morbihan

À l’image de ses camarades du Finistère, la brigade de surveillance du littoral de la gendarmerie maritime de Lorient a également souhaité venir en aide aux îliens du Morbihan. Le 25 avril dernier, les gendarmes ont ainsi embarqué à bord de leur zodiac, avec leur stock de 200 masques FFP2, en direction de l’île de Groix. Les attendant sur le quai de Saint-Tudy, Raphaële Leblanc, la directrice de l’EHPAD niché sur ce joli bout de terre, s’est montrée plus que ravie en recevant ce présent. En effet, ces masques vont pouvoir être utilisés par ses employés pour éviter la propagation du virus, notamment lorsque des résidents ayant été hospitalisés sur le continent reviennent se confiner au sein de l’établissement.

GMARGMAR
© GMAR

« Dans cette crise sanitaire, la gendarmerie maritime veut être solidaire des territoires. Or, comment agir alors que nos principales missions sont en mer ? Nous accompagnons un peu les professionnels de la mer et puis nous avons lancé l’opération #RépondrePrésent en proposant par exemple d’acheminer des médicaments ou du matériel sur les îles du Morbihan ou bien de livrer ces masques », a expliqué au journal Ouest France, le major Bruno Tromeur, commandant la brigade.

Sans oublier les îles charentaises

Un peu plus au sud sur la carte, la brigade de surveillance du littoral de la gendarmerie maritime de La Rochelle pense aussi aux insulaires. L'unité a ainsi décidé de distribuer son stock de 300 masques FFP2 aux soignants exerçant en libéral au large du continent. Ces derniers permettent en effet aux îliens de conserver un accès aux soins durant la crise et de limiter leurs déplacements. Le 27 avril dernier, les gendarmes ont apporté 60 de ces masques à une infirmière travaillant sur l'île d'Aix. Le lendemain, c'est une sage-femme de l'île de Ré qui s'est vu remettre un même stock.

GMARGMAR
© GMAR

La GMAR garde le cap

Soucieuse qu’aucune île ne soit laissée pour compte, la GMAR de Brest a contacté les mairies de Sein, Batz et Bréhat, pour leur proposer également de leur livrer ses masques. Les militaires de la GMAR de La Rochelle comptent aussi poursuivre cette distribution : ils ont d'ores et déjà pris contact avec un chirurgien-dentiste rochelais et un médecin sur l'île d'Oléron. Par ailleurs, que ce soit dans le Finistère ou dans le Morbihan, ces gendarmes au pied marin ont voulu continuer d’apporter leur soutien aux îles en leur proposant un autre service : en cas d’urgence, ils seraient ravis de pouvoir aider au transport de médicaments ou de matériel de santé. Les liaisons maritimes avec le continent ayant été particulièrement réduites depuis le début du confinement, ils pourront ainsi répondre aux besoins de certains insulaires.

Enfin, la GMAR n’en oublie pas pour autant ses missions, poursuivant notamment le contrôle des personnes et des embarcations le long du littoral. Elle s’assure ainsi de la bonne application des mesures de confinement, mais aussi du respect des arrêtés préfectoraux qui interdisent toute activité de plaisance, ainsi que l’accès aux plages et sentiers côtiers, au moins jusqu’au 11 mai 2020. Passé cette date, l'accès au littoral pourrait être autorisé par les préfets, sur demande des maires. 

Un gendarme maritime scrute à la recherche d'éventuelle infractions en Atlantique.Un gendarme maritime scrute à la recherche d'éventuelle infractions en Atlantique.

COVID-19 : la gendarmerie maritime sur le pont

En mer, mais aussi à terre, en subsidiarité des Groupements de gendarmerie départementale (GGD), les gendarmes maritimes sont fortement sollicités po..

Lire la suite...