Actualités

#RépondrePrésent : les gendarmes de Corse soutiennent une association locale

auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
© Gendarmerie de corse

Face à la crise sanitaire, l’association « Les P’tites mains solidaires Corse » s’est formée pour confectionner des masques, des sur-blouses et des calots lavables, à destination des professionnels exposés au virus. Les gendarmes de l’île apportent leur aide de différentes manières à ses milliers de bénévoles.

Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreuses petites mains s’activent sur l’île de beauté. Parmi elles, celles des gendarmes !

Des cœurs en or aux doigts de fées

Alors que la Corse s’avère être la région la plus touchée par le virus au premier jour du confinement, les masques se font rares. Mi-mars, une infirmière libérale lance un appel à l’aide, ne disposant d’aucune protection pour aller visiter ses patients.

Très vite, sa détresse est entendue et le groupe « Les P’tites mains solidaires Corse » se forme sur Facebook. À l’origine de cette initiative, Jonathan Curti, président de Recycla Corse, souhaite mobiliser toutes les bonnes volontés pour fabriquer gratuitement des masques aux normes AFNOR, mais aussi des sur-blouses et des calots en coton, tous lavables. Ces équipements sont un premier rempart pour les professionnels exposés au quotidien. Et l’île en compte beaucoup : « En premier lieu, les personnes travaillant dans le domaine médical ou des secours, les auxiliaires de vie et les aides-soignantes, mais aussi les policiers et les gendarmes, les commerçants, les caissiers, les agents de collecte des déchets, entre beaucoup d'autres », énumère le fondateur, dans le journal CorseMatin. Les bénévoles affluent sur le groupe, qui compte, fin avril, plus de 3 800 membres, dont de nombreuses couturières professionnelles.

Une mercerie made in gendarmerie

Si la production bat son plein avec 1 000 à 3 000 masques produits chaque jour, le tissu vient rapidement à manquer pour toutes ces petites mains.

La gendarmerie de Corse intervient alors en apportant à différentes reprises ses fripes ! Dans un premier temps, les militaires donnent 120 draps et 21 taies d’oreillers à l’association, afin qu’elle puisse en faire des sur-blouses. Puis, ils reviennent avec 250 tee-shirts du club « Corsica Sportif Loisirs de la gendarmerie », qui permettront aux bénévoles de réaliser des liens pour les masques.

gendarmerie de Corsegendarmerie de Corse
© Gendarmerie de corse

Par ailleurs, tous les tissus en coton étant les bienvenus, la gendarmerie lance un appel aux dons sur son groupe Facebook et ouvre ses casernes ajacciennes pour récolter les textiles, avant de les apporter à l’association.

Les gendarmes, transporteurs de solidarité

Si l’association génère un réel engouement sur l’ensemble de l’île et que son groupe Facebook permet de fédérer les membres, il apparaît nécessaire d’effectuer des liaisons pour aller récupérer des tissus ou livrer les produits finis. Mais comment faire en pleine période de confinement ? Là encore, les gendarmes répondent présent ! Les militaires de Porto-Vecchio partent donc sur les routes, distribuer aux personnes âgées les masques en tissu confectionnés par les bénévoles. De la même manière, les gendarmes de Haute-Corse se déplacent à Bastia pour récupérer le don d’une infirmière libérale, qui a cédé 200 kilos de blouses en tissu ! Ils les transportent ensuite jusqu’à Ajaccio pour les remettre à la blanchisserie "Corse Blanc", site de stockage et de contrôle qualité de l'association. Ces blouses pourront ainsi être reversées aux structures médicales de la région.

gendarmerie de Corsegendarmerie de Corse
© Gendarmerie de corse

« La gendarmerie de Corse soutient pleinement les initiatives menées localement avec le milieu associatif, avec l'objectif de servir au mieux la population et l’intérêt commun durant la crise sanitaire », explique le chef d'escadron Sabrina Perrault, commandant la compagnie de gendarmerie d'Ajaccio, au média CorseNetInfos. Ainsi, les gendarmes de l’île sont heureux de pouvoir se rendre utiles, en participant « au soutien logistique de l'association », tout en poursuivant leurs missions en parallèle !