Actualités

RépondrePrésent : les Képis pescalunes s'engagent aux côtés des plus fragiles et du personnel soignant

auteur : le commandant Céline Morin - publié le
© Tous droits réservés

Privés de leurs manifestations traditionnelles en raison du confinement, les Képis pescalunes ont rapidement trouvé un autre moyen d'employer leur énergie : fabrication et distribution de masques en tissu pour les personnes fragiles, remise de visières à un établissement hospitalier ou encore de petit électro-ménager pour améliorer le quotidien du personnel soignant.Trois projets guidés par l'actualité, et surtout menés avec le même esprit de solidarité qui anime les actions de l'association tout au long de l'année.

Hormis la préparation du calendrier des miss et des sportifs du sud, maintenue dans les semaines à venir, dans le respect des gestes barrières et de la distanciation physique, le confinement lié à la crise sanitaire a suspendu toutes les actions planifiées par l'association des Képis pescalunes. Mais pas question pour ses membres de se laisser abattre et de rester inactifs. Animés par le même esprit de solidarité et la même générosité qui guident leur engagement tout au long de l'année, ils se sont donc lancés dans la réalisation de trois projets.

masquesmasques
© Tous droits réservés

Des masques faits main pour les personnes fragiles

Le premier relève du challenge : celui de fabriquer en grand nombre des masques en tissu, afin de les offrir à tous les orphelins de l’association ainsi qu'aux personnes potentiellement vulnérables de la région Occitanie, à l'image des retraités de l'arme, des veufs et veuves de gendarme, des enfants souffrant de pathologie chronique ou encore des personnes lourdement handicapées.

Une dizaine de personnes de l'association se sont ainsi mobilisées autour de ce projet, qui a bénéficié des précieux conseils d'une professionnelle travaillant au sein de l'Antenne régionale de santé, notamment concernant le choix du tissu, afin de satisfaire aux normes prévues par l'AFNOR.

masques de protectionmasques de protection
© Tous droits réservés

La matière première trouvée, cinq couturières, aguerries ou débutantes, sont ensuite entrées en action, produisant en un temps record quelque 529 masques de protection. Ces derniers ont ensuite été gracieusement floqués aux couleurs des Képis pescalunes, par la société Trois Étoiles, partenaire de longue date de l'association.

Les « pêcheurs de lune » ont ainsi pu débuter leur distribution dans les départements du Gard et de l'Hérault, en amont du déconfinement, afin que la majeure partie des personnes soient équipées à la date du 11 mai. Une mission accomplie avec le soutien des militaires de la gendarmerie d'Occitanie, qui ont mis à profit leurs patrouilles de surveillance générale pour en remettre une partie.

Képi pescalunesKépi pescalunes
© Tous droits réservés

Une nouvelle production de 500 masques doit permettre de poursuivre cette action, qui a largement dépassé le cadre de la gendarmerie et les frontières de la région. En effet, les Képis pescalunes ont également offert une cinquantaine de masques grand public au Centre Apighrem Adene médico-social de Saint-Mathieu-de-Tréviers et à l'association A.R.A, qui accueillent des adultes handicapés moteurs et respiratoires. De même, une centaine de masques de protection est partie un peu partout en France, à destination des veuves et des orphelins ayant participé au projet « du bleu dans les yeux », en septembre dernier.

« Un masque, au final, c'est presque rien. C'est une attention tellement simple et à la fois tellement protectrice. À travers ce geste, nous montrons que la gendarmerie est toujours là à leur côté. C'est un lien qu'il est nécessaire de conserver et l'association nous permet de le faire, confie l'adjudant Christophe Caumes.

Des visières pour l'Institut du cancer de Montpellier

L'attention des Képis pescalunes s'est parallèlement portée sur les personnes fragilisées par la maladie, et notamment le cancer. Partant du constat que ces personnes ne pouvaient interrompre leur traitement ou leur suivi, ils se sont associés à une jeune entreprise lunelloise afin d'offrir une centaine de visières à l'Institut du cancer de Montpellier Val d'Aurelle.

Ces protections, remises aux responsables de l'établissement le 7 mai dernier, en présence du général Jean-Valéry Lettermann, commandant la gendarmerie du Languedoc-Roussillon, permettront aux malades, adultes et enfants, de se rendre à leur consultation en minimisant les risques lors de leur transport sur site.

« Être protégé est un droit pour les personnes vulnérables et les personnes exposées. Les protéger est un devoir pour chacun d'entre nous. Il y a toujours moyen de donner un peu de soi, toujours un moyen de répondre présent », estime ce responsable de l'association.

visièresvisières
© Tous droits réservés

Aux petits soins des soignants

Enfin, même si l'intensité de la pandémie semble diminuer, les personnels soignants n'en restent pas moins mobilisés au quotidien. Alors, pour apporter leur soutien à ceux des centres hospitaliers universitaires de Montpellier et de Nîmes, les Képis pescalunes se sont fixé pour objectif d'améliorer leur cadre de vie, en équipant, très prochainement, les salles de repos des services les plus impactés, comme la réanimation, avec de l'électro-ménager type micro-ondes et machines à café... sans oublier les dosettes de café... De quoi adoucir les rares temps de pause !

Les Képis Pescalunes donnent du rêve aux orphelins de la gendarmerie

Depuis 2008, 52 enfants ont perdu un de leurs parents, gendarme, en mission ou en exercice. Afin de montrer à ces orphelins qu’ils font toujours part..

Lire la suite...