Violences conjugales : bilan des premiers audits

auteur : Morgane Jardillier - publié le
© MI-DICOM A.Lejeune

Dans le cadre de son déplacement dans les Yvelines, lié aux dispositifs de lutte contre les violences sexuelles et sexistes, mis en place par la gendarmerie et la police nationales, le ministre de l’Intérieur a également abordé la prise en charge des victimes de violences conjugales. Il a bénéficié à cette occasion du résultat de l’audit conduit en 2019 par les inspections de la gendarmerie et de la police nationales.

Après avoir échangé avec les fonctionnaires du centre d’information et de commandement de la direction départementale de la sécurité publique de Viroflay, répondant aux appels du « 17 », Christophe Castaner, en déplacement aujourd’hui dans les Yvelines, s’est vu présenter les dispositifs d’accueil et de prise en charge des victimes, mis en place par la gendarmerie et de la police nationales.

Les aspects liés à l’accompagnement des victimes, ainsi que la formation en interne et le travail des enquêteurs de la gendarmerie ont été mis en avant, notamment à travers la présentation de nouveaux outils (grille d’évaluation, flyer d’accueil, nouveau canevas d’audition).

À cette occasion, le colonel Sylvain Tortellier, commandant le groupement de gendarmerie des Yvelines, a également annoncé l’inauguration prochaine, à Bois-d’Arcy, de la Brigade de prévention et de protection (B2P), dans la droite ligne des réflexions conduites lors du séminaire VIF du 27 janvier. Celle-ci rassemblera sur un même site les différentes entités et les moyens de la gendarmerie dont le cœur de métier est la prévention et la protection des populations les plus vulnérables.

Cette journée a aussi permis de revenir sur la mission confiée aux inspections de la gendarmerie et de la police nationales, relative à l’évaluation de l’accueil des victimes de violences conjugales. Dans le cadre du grenelle dédié, cet audit a permis de contacter, au cours du second trimestre 2019, un panel de 600 victimes, qui ont accepté de répondre à cette campagne d’évaluation.

Le bilan atteste des réels efforts produits, tant par les gendarmes que par les policiers, pour améliorer l’accueil et la prise en charge des victimes. Cet audit a ainsi pu établir que 90 % des victimes sont globalement satisfaites de l’accueil et ne font état d’aucune difficulté pour enregistrer leur plainte. 62 % des victimes ayant déposé plainte dans une brigade de gendarmerie ont déclaré avoir été informées de l’avancée de l’enquête.

En 2020, plus de 500 unités de gendarmerie et commissariats supplémentaires feront l'objet d'un audit relatif à l'accueil des victimes de violences conjugales.

À la fin de cette journée, le ministre s’est rendu au centre hospitalier André-Mignot, au Chesnay, afin de signer une convention nationale permettant de faciliter la prise de plainte, au sein de l’hôpital, des victimes étant dans l’incapacité de se déplacer.