Actualités

Caen : inauguration du hall d’entrée « Léon Gautier » à la caserne Le Flem, au nom et en présence d’un héros

Auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© Cellule communication GGD14

À Caen, le hall d’entrée de la caserne Le Flem abritant l’état major du groupement de gendarmerie départementale du Calvados a été inauguré, ce 16 septembre 2021, par le préfet du Calvados, M. Philippe Court. Baptisé « Léon Gautier », du nom du dernier vétéran vivant du commando Kieffer de la seconde guerre mondiale, la cérémonie d’inauguration du hall s’est déroulée en présence de ce dernier ainsi que de plusieurs membres de sa famille.

C’est un évènement hautement symbolique qui s’est déroulé en fin de matinée au sein de la caserne Le Flem, à Caen. Après une revue des troupes du vétéran avec le colonel Christophe JUNQUA, commandant le groupement du Calvados, les autorités civiles et militaires ont procédé à une remise de décorations sur la place d’armes. L’ensemble des invités s’est ensuite dirigé vers le hall d’entrée de la caserne pour assister à son inauguration. Le bâtiment a pris le nom de Léon Gautier, un des derniers héros vivants du commando Kieffer ayant débarqué sur les plages de Normandie le 6 juin 1944 qui a honoré tout le monde de sa présence.

Héros du débarquement

Ce breton de naissance n’avait que 17 ans lorsqu’il s’est engagé dans la Marine nationale alors que la guerre venait à peine d’être déclarée. Un an plus tard, répondant à l’appel du général de Gaulle, il rejoint les Forces Navales Françaises Libres (FNFL) et traverse la Manche sur le navire marchand Le Gallois avec à bord des cargaisons de bauxite malgré les sous-marins allemands.

Bien décidé à lutter contre l’ennemi, il se porte volontaire comme fusilier marin au sein du 2ème bataillon et participe aux campagnes du Cameroun, du Liban, et de Syrie contre les troupes de Vichy. Obtenant le brevet de commando en 1943, il aide la résistance au large des côtes belges.

Le fameux 6 juin 1944, lors du débarquement, il est quartier maître au sein de la Troop 8 et approche de la plage parmi les premiers, malgré le feu nourri des allemands. La Troop avance vers Ouistreham pour prendre d’assaut les bunkers, avant de progresser plus vers les terres pour rejoindre les commandos britanniques. S’en suit la campagne de Normandie à la suite de laquelle Léon Gautier est cité à l’ordre du corps d’armée pour la prise à la baïonnette d’une position de mitrailleuses allemandes. Après 78 jours de combat, le commando Kieffer est rapatrié en Angleterre et, comble de l’histoire, Léon Gautier se blesse en descendant du train en marche ! Une fois rétabli, il se marie et reprend du service dans la Marine puis s’installe comme carrossier en Bretagne après la Libération.

Un engagement sans faille pour la patrie

À travers cette inauguration, la gendarmerie a souhaité rendre hommage à cette légende vivante qui n’a pas hésité à poursuivre son engagement après la guerre. Avec certains de ses camarades du front, Léon Gautier a notamment participé à la fondation du musée du commando numéro 4 à Ouistreham, y a accompagné des groupes scolaires et a endossé la fonction de président de l’ Amicale des anciens du Commando Kieffer, toujours avec la volonté d’entretenir le devoir de mémoire.

En récompense de cet engagement exceptionnel, au-delà de ses médailles militaires, il a notamment été fait chevalier de l’ordre des Palmes académiques et grand officier de l’ordre de la Légion d’honneur. Un esprit patriotique qui semble couler dans les veines de ses descendants puisque, après avoir perdu son gendre qui était gendarme, il compte un petit fils servant dans les commandos marines, et deux arrières petits fils, l’un gendarme mobile et l’autre sapeur-pompier. Ses deux arrières petits fils étaient d’ailleurs présents à ses côtés pour assister a cette cérémonie pleine d’émotions.

© Cellule communication GGD14