Actualités

Charente-Maritime : le Stade rochelais et la gendarmerie font bloc contre les violences intra-familiales

Auteur : le commandant Céline Morin - publié le
Temps de lecture: ≃5 min.
© GGD17

Le groupement de gendarmerie départementale de la Charente-Maritime s'associe au monde de l'ovalie pour lancer une vaste offensive contre les violences intra-familiales à travers une campagne de communication inédite. Les joueuses et joueurs du Stade rochelais ont ainsi prêté leur image pour le tournage de sept clips de prévention.

Très engagé dans la lutte contre les Violences intra-familiales (VIF), le Groupement de gendarmerie départementale de la Charente-Maritime (GGD 17) a notamment à son actif la création d'un réseau de Cellules de lutte contre les atteintes aux personnes (CLAP). Et tandis qu'il vient d’inaugurer sa Maison de confiance et de protection des familles (MCPF), à la très symbolique date du 8 mars, le GGD 17 entend bien créer un véritable écosystème autour des VIF, associant MCPF, CLAP et Intervenants sociaux gendarmerie (ISG), afin de permettre une meilleure prise en charge des victimes.

Au cœur de cette dynamique, le chef d'escadron (CEN) Sébastien Letellier, officier adjoint commandement et officier adjoint prévention, est ainsi toujours à la recherche de nouvelles idées pour affermir cet engagement. Pour son dernier projet, il a mis une autre casquette, celle d'officier communication, et s'est attaché à trouver une nouvelle approche pour mieux toucher le public et le sensibiliser à la problématique des VIF.

Associer les rugbymen à la lutte contre les VIF

Lui est alors venue l'idée d'associer les rugbymen du Stade rochelais, actuel numéro 2 du Top 14 et véritable institution locale, à une campagne de prévention. Par l'intermédiaire d'un officier de réserve du groupement, il entre en contact avec la responsable de la communication du club pour lui présenter son projet de clip de prévention.

La réponse des dirigeants ne se fait pas attendre : le Stade rochelais est séduit par l'idée et la contribution qu'il propose va bien au-delà des espérances du CEN Letellier. Le club accepte en effet, non seulement de mettre l'image de ses joueurs professionnels à la disposition du GGD 17, mais il propose de tourner et de produire à ses frais, non plus un mais sept clips.

Six joueurs, anciens ou actuels internationaux (Romain Sazy, le capitaine, Jules Plisson, Jérémy Sinzelle, Kévin Gourdon, Rémi Bourdeau et Jules Le bail) et six joueuses (Sitti Ben Hamidou, Leslie Delfau, Kelly Lebrun, Zoé Sage, Aurore Lucas et Clélia Oliveras) ont ainsi été sélectionnés pour participer à ce projet original.

© Tous droits réservés

« Le Stade rochelais est une véritable institution dans la région, une vraie locomotive. Hors période COVID, les matches font toujours le plein. Sa notoriété et son rayonnement permettront de toucher un vaste public, un public différent, avec un impact d'autant plus fort que le message institutionnel sera porté par les joueurs et joueuses du club », souligne le CEN Letellier.

Élargir la communication à l'ensemble des violences intra-familiales

Pour cette campagne, le CEN Letellier avait également à cœur « de sortir du prisme, certes nécessaire, mais trop exclusif, des violences faites aux femmes, et d'élargir la communication à l'ensemble des VIF. »

En effet, sur le territoire du GGD 17, les victimes de VIF comprennent 57,5 % de femmes, 33 % de mineurs, soit 441 victimes, et 9,79 % d'hommes, « ce qui n'est pas négligeable, note l'officier. En outre, ces chiffres ne représentent que les victimes connues. Les VIF concernent donc tout le monde, les femmes, les hommes, les enfants, les ascendants âgés ; c'est pourquoi notre campagne devait être globale et s'adresser à toutes les victimes. Une position partagée par le Stade rochelais. »

© GGD17

Sept clips de prévention financés par le Stade rochelais

Le CEN Letellier s'est donc attelé à la rédaction des différents textes, retravaillés avec le service de communication du club pour les adapter au support. « Nous avons également arrêté un slogan : « Ensemble, faisons bloc, arrêtons les violences », qui sera énoncé à l'unisson par les joueurs(euses) et les gendarmes. »

Si le premier clip se veut généraliste, rappelant notamment les numéros dédiés, les autres portent sur des thématiques bien spécifiques : les violences physiques, lesquelles vont bien au-delà des coups ; les violences psychologiques, souvent méconnues, au sein du couple mais aussi envers les enfants ; les violences sexuelles ; les violences économiques, qui se traduisent par une emprise financière empêchant la victime de partir ; les violences sur mineurs ; et, enfin, la cyberviolence au sein du couple, comprenant, par exemple, la mise en place de logiciels espions, la violation des mails, etc.

Le tournage des sept clips s'est déroulé entre février et mars, au centre d'entraînement du Stade rochelais, dans le respect des mesures sanitaires, chaque participant devant notamment présenter un test PCR négatif.

Dans chaque film, arborant les couleurs du club et du GGD 17, une joueuse et un joueur sensibilisent le public à la thématique abordée, puis deux gendarmes, là encore une femme et un homme, rappellent les numéros d'urgence dédiés. Enfin, chaque vidéo se termine par les réponses pénales ou des chiffres clés. « Par exemple, le département de la Charente-Maritime enregistre une intervention VIF toutes les quatre heures, ce n'est pas neutre ! », note l'officier.

Ces clips ont vocation a être diffusés sur les réseaux sociaux du groupement et du Stade rochelais (Facebook, Twitter, Instagram) au cours des saisons 2020/2021 et 2021/2022. « Nous pourrons également les utiliser par le biais de la MCPF, dans les écoles et au sein des unités. »

© GGD17

Une convention de partenariat

Ce 25 mars, le colonel Bruno Makary, commandant le GGD 17, et le directeur général du club, Pierre Venayre, ont ainsi signé une convention encadrant ce partenariat, donnant ainsi le coup d'envoi à cette campagne de prévention.

Outre la mise à disposition de l'image de ses joueurs et l'élaboration de ces sept clips, le Stade rochelais a également proposé de diffuser des messages de prévention au sein du stade, lorsque le public aura retrouvé les gradins !

De son côté, la gendarmerie entreprendra des actions de prévention auprès des cadres et des jeunes du club, sur la thématique des VIF, du cyberharcèlement et de la relation à l'Internet.