Actualités

GEND 4 US : 1 000 kilomètres pour les orphelins et les enfants malades

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Tous droits réservés

Quatre gendarmes de la Brigade de proximité (B.P.) de Thiaucourt-Regniéville, en Meurthe-et-Moselle, ont parcouru 1 000 kilomètres en cinq jours, à pied et à vélo, afin de récolter des fonds pour les orphelins de la gendarmerie et les enfants atteints de leucémie ou de cancer. Une belle initiative sportive et solidaire.

Les petits ruisseaux font les grandes rivières… Quand les gendarmes de la Brigade de proximité (B.P.) de Thiaucourt-Regniéville, en Meurthe-et-Moselle, ont voulu se lancer un défi sportif, ils n’imaginaient pas l’ampleur qu’allait prendre leur projet. « Au départ, on voulait juste organiser un moment de cohésion, parcourir le GR 20 et récolter un peu d’argent pour une bonne cause », raconte l’adjudant-chef David, chef de cette B.P., où il a été affecté après son départ de Tende, village des Alpes-Maritimes frappé par la tempête Alex.

La gendarme Emma souffle à ses camarades le nom de l’association Roseau, qui mène des actions au CHU de Reims, au profit d’enfants malades, atteints de leucémie ou de cancer. Le compagnon d’Emma avait lui-même souffert d’une leucémie pendant son enfance, et l’exemple de sa rémission est porteur d’espoir. La décision est prise de partager les gains entre cette association et la Fondation Maison de la gendarmerie.

© Tous droits réservés

Plus de 10 000 euros collectés

Le projet prend forme, avec le soutien bienveillant du commandant de la compagnie de gendarmerie départementale de Toul, le chef d’escadron Guillaume Pépin. Son nom ? GEND 4 US. Le parcours ? 1 000 kilomètre en relais - trois coureurs à pied et un cycliste -, en passant par trois écoles de gendarmerie, celles de Chaumont, Dijon et Montluçon, pour arriver à Reims, après un passage par Paris.

L’objectif ? « Il était double, détaille David. Redonner le sourire aux enfants et véhiculer les valeurs de la gendarmerie auxquelles nous croyons : la cohésion et l’aide à la population. » Le 4 octobre dernier, les quatre gendarmes ont donc pris le départ de cette course particulière, accompagnés par trois militaires du Peloton de surveillance et d’intervention de gendarmerie (PSIG) de Toul.

« Ça a pris très vite de l’ampleur, avec notamment le soutien d’élus et de commerçants locaux, se félicite l’ADC David. On a reçu un accueil formidable dans les écoles qui nous ont hébergés. » Les élèves gendarmes ont mis en place des cagnottes, et certains ont accompagné leurs aînés sur plusieurs kilomètres, à l’arrivée et au départ des étapes.

« Nous espérions récolter un millier d’euros, nous en sommes aujourd’hui à plus de 10 000 et le compteur tourne, puisque la cagnotte est toujours en ligne. Et nous avons déjà commencé à réfléchir à un projet de deuxième GEND 4 US. » Les petits ruisseaux...