Actualités

Inauguration du « GendFabLab » par le Major général

Auteur : le Service de la transformation - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© GENDARMERIE/SIRPA/F.GARCIA

Le 30 juin 2021 à Issy-les-Moulineaux, le général de corps d’armée Bruno Jockers, Major général de la gendarmerie nationale, a inauguré le GendFabLab en présence des différentes directions ainsi que des partenaires.

Annoncé par le directeur général au lancement de Gend20.24, le GendFabLab vise à favoriser l’innovation en donnant accès élargi à des capacités de prototypage rapide.

Dans ce cadre, 47 imprimantes 3D viennent d’être livrées aux unités, ce qui porte à 84 le nombre de machines déployées en gendarmerie, sur le territoire métropolitain et outre-mer. Le 30 juin 2021, le Major général s’est fait présenter l’imprimante 3D destinée à la direction générale de la gendarmerie nationale. Si cette dernière restera dans un premier temps en exposition au showroom de la DG, elle sera ensuite accessible dans les locaux de l’Atelier, nouvel espace dédié à l’intelligence collective, la créativité et l’innovation, dès que celui-ci sera mis en place.

Ce projet mené par le Service de la transformation et le ST(SI)² s’inscrit pleinement dans la stratégie Gend20.24 visant à favoriser l’innovation au plus près des besoins du terrain. En effet, l’impression 3D est apparue pendant la crise de la COVID19 comme un puissant levier au profit du terrain, chacun trouvant localement une solution concrète aux problèmes rencontrés tout en répondant aux besoins de la population : fabrications de visières, de poignées de porte sans contact, etc. Fort de l’expérience de cette innovation de crise, l’Institution a décidé avant même la fin du premier confinement d’accélérer le déploiement du GendFabLab.

© GENDARMERIE/SIRPA/F.GARCIA

En moins d’une année, le projet s’est structuré et articulé autour de plusieurs aspects :

- le choix d’un modèle (fabriqué par la société Tizyx, implantée dans le Nord de la France) ;

- le maillage territorial et l’implantation d’une imprimante par groupement ;

- le lancement et l’accompagnement d’une communauté de makers travaillant dans un esprit collaboratif et s’appuyant sur les compétences acquises par leur expérience personnelle et/ou une formation spécifique ;

- l’encadrement de cette dynamique par une doctrine d’emploi qui laisse de grandes latitudes aux makers (« tout ce qui n’est pas interdit est autorisé »).

Ce projet a bénéficié également de toute l’énergie et des bonnes idées de la communauté des innovateurs (450 personnels actifs) et des 356 makers qui voient en cette technologie la possibilité de rapidement mettre en œuvre et expérimenter leurs idées.

© GENDARMERIE/SIRPA/F.GARCIA

En synthèse, GendFabLab c’est :

- à terme, une machine par groupement, 120 imprimantes 3D pour tout le périmètre de la gendarmerie ;

- une communauté de plus de 350 makers ;

- la mise en place d’une plate-forme d’échanges de plans de fabrication ;

- une formation permettant la montée en compétences.

Cette démarche participative de transformation permet à l’ensemble des intervenants de s’engager ensemble et d’imaginer pour la gendarmerie le futur dès à présent.