Actualités

La Borne passe sanitaire (BPS), le premier produit en open hardware de la Gendarmerie !

Auteur : Sirpa, Gendarmerie nationale - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© SCRTA

À la suite de la crise sanitaire de la COVID, la capacité d’impression 3D de la gendarmerie s’est structurée. Dans le cadre du projet « GendFablab », de nombreuses créations sont apparues grâce au déploiement d’imprimantes 3D sur le territoire métropolitain et en outre-mer. La communauté des makers a également contribué à cette réussite. La borne passe sanitaire en est une illustration.

Alors que le passe sanitaire est devenu incontournable dans la vie quotidienne, le maréchal des logis-chef Benjamin S. et l’équipe de la section CARDIO (Conception, Analyse, Recherche et Développement, Innovation, Optimisation) du Service central des réseaux et des technologies avancées (SCRTA) ont conçu la Borne passe sanitaire (BPS), qui permet, comme son nom l’indique, de scanner soi-même son passe sanitaire et d’en confirmer la validité, via l’application « Tous Anti-Covid Vérif », grâce à un signal sonore. Beaucoup moins coûteuse que les produits du marché, cette borne permet d’éviter de dédier une personne au contrôle, répondant ainsi à un besoin apparu lors de la crise sanitaire, tant en interne (cérémonies, salles de sport, accès des personnes extérieures aux mess…) qu’en externe (petites collectivités, cinémas...).

Conseillée par la mission d’Appui au patrimoine immatériel de l’État (APIE), la gendarmerie a décidé de rendre disponible librement (open source) les plans de conception des pièces, ainsi qu’un tutoriel complet pour le montage de la borne. Ainsi, chaque citoyen ou organisme pourra dupliquer cette création, qui répond à un besoin d’intérêt général.

Cette initiative de mise à disposition d’un objet en open hardware est une première pour une administration française et ouvre la voie à la volonté du gouvernement de constituer des communs numériques. La licence choisie pour la borne passe sanitaire (licence CERN Open Hardware) autorise une libre utilisation commerciale pour favoriser la meilleure diffusion possible dans les territoires. Il s’agit d’une licence à faible réciprocité, les améliorations simples du dispositif pouvant être publiées sous la même licence afin de faire progresser le dispositif.

© SCRTA

GENDFABLAB, une capacité de prototypage rapide !

À la suite à la crise sanitaire de la COVID, il a suffi d’une petite année pour que le projet GendFabLab voit le jour au sein de la gendarmerie et que la capacité d’impression 3D de l’institution se structure au plan national. La volonté du directeur général, le général de corps d’armée Christian Rodriguez, est de permettre aux gendarmes, grâce à une capacité de prototypage rapide, de concrétiser leurs idées. Le projet, co-piloté par le Service de la transformation (S.T.) et le Service des Technologies et des Systèmes d’Informations de la Sécurité Intérieure (ST[SI]2), permettra l’affectation d’une imprimante par groupement d’ici fin 2022. La communauté de gendarmes makers s’est déjà largement investie au profit de l’innovation, de nombreuses créations figurant d’ores et déjà sur le site de partage des plans mis à leur disposition.

La gendarmerie répond encore une fois présent avec la création de cette borne passe sanitaire mise à disposition du plus grand nombre. Cette première ne saurait rester lettre morte et nul doute que la communauté des makers de la gendarmerie, particulièrement active, poursuivra dans cette voie.

Les éléments techniques sont disponibles en téléchargement.