Actualités

La gendarmerie nationale remet les gaz à bord de l’Alpine A110 Pure

Auteur : la capitaine Sophie Bernard - publié le
Temps de lecture: ≃1 min.
Déjà employée par l'Institution à partir de 1967, l'Alpine va reprendre du service pour assurer les interventions rapides de la gendarmerie nationale.
© GENDARMERIE/SIRPA/F.GARCIA

Comme annoncé par le ministère de l’Intérieur ce mercredi 13 octobre, c’est bien l’Alpine 110 qui se trouve dans la ligne de mire de la gendarmerie nationale. 26 exemplaires de la fameuse sportive française ont ainsi été commandés pour renouveler notamment le parc automobile des Équipes rapides d’intervention (ERI).

Au terme d’une mise en concurrence qui a débuté en juin dernier, c’est la berlinette, déjà utilisée par les forces de l’ordre à partir de 1967, qui va reprendre du service pour assurer les interventions rapides de la gendarmerie nationale. L’institution a en effet commandé à la société Renault 26 Alpines A110 Pure pour remplacer ses Megane RS et privilégier ainsi le made in France, contrairement au modèle Seat Leon Cupra retenu il y a un an.

Depuis son lancement en 2017, un peu plus de 10 000 exemplaires de la sportive française sont sortis de l'usine dieppoise et ont été vendus au prix de 58 400 euros. Ces voitures s’avèrent particulièrement légères (à peine une tonne), grâce à leur châssis en aluminium. En ajoutant à cela une puissance de 252 chevaux, elles peuvent passer de 0 à 100 km/h en 4,5 secondes et atteindre des pointes à 250 km/h.

La société Durisotti sera chargée de transformer l’ancienne reine des rallyes en véritable véhicule d’intervention, permettant d’assurer les missions de sécurité routière (grandes vitesses, refus d’obtempérer, etc.) et de police judiciaire (comme les go-fast). Deux des 26 véhicules devraient par ailleurs être utilisés pour la formation à l’intervention rapide, leur conduite nécessitant une certaine expertise, puisque toute la puissance est envoyée vers les roues arrière via une boîte automatique à double embrayage et sept rapports.

Enfin, de son côté, le groupe Renault compte bien faire atteindre des sommets à l’Alpine en élargissant la gamme avec trois modèles électriques d’ici à 2024, dont l’un remplaçant l’A110.