Actualités

La gendarmerie présente ses talents d’intervention au salon Milipol

Auteur : CNE Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© Tous droits réservés

Du 19 au 22 octobre, à Villepinte, de nombreux professionnels de la sécurité sont présents pour l’événement mondial de la sûreté et de la sécurité intérieure des États, le salon Milipol. Lors de l’inauguration, la gendarmerie a pu présenter ses dispositifs d’intervention au ministre de l’Intérieur.

Organisé par le ministère de l’Intérieur, Milipol est le premier salon au monde dédié à la sécurité intérieure des États. Pendant trois jours, des solutions de sécurité y sont présentées par les 1 000 exposants participants. Parmi eux, la gendarmerie a l’opportunité de valoriser auprès du public sa transformation en la matière. L’objectif est de présenter une gendarmerie plus humaine et plus scientifique, ainsi que de démontrer toutes ses innovations, d’après les mots du major général, le général de corps d’armée Bruno Jockers.

Des innovations dans le domaine judiciaire

Le Commandement de la gendarmerie dans le cyberespace (COMCYBERGEND), nouvellement créé, a proposé un jeu lié aux objets connectés, afin de présenter les évolutions scientifiques, ainsi qu’une imprimante 3D fabriquant des pièces d’armes. Dans le domaine de la police judiciaire, une présentation du drone indoor était également accessible. Développé par le Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale (PJGN), celui-ci a été spécialement conçu pour les investigations sur les scènes de crime, afin de prévenir tout risque d’altérer les lieux par des éléments extérieurs. Il s’agit d’un dirigeable miniaturisé, piloté à distance par un opérateur. Volant à l’hélium et permettant ainsi d’éviter toute fuite sur la scène, il constitue une innovation majeure dans le domaine de la criminalistique et a d’ailleurs été récompensé du Prix de l’audace 2020, le 19 mai dernier.

© SIRPA - Gend. F.Garcia

 

Des innovations dans le domaine de l’intervention

Étaient également présentes les Forces aériennes de la gendarmerie (FAG), qui ont dévoilé une maquette de l’hélicoptère H160 pour illustrer le projet d’acquisition de dix modèles à partir de 2024. La flotte aérienne de la gendarmerie serait ainsi densifiée, offrant à l’institution une nouvelle capacité opérationnelle en termes de projection et de spectre de missions réalisables.
Toujours dans le domaine aérien, la Section de protection appui drone (SPAD) de la garde républicaine a présenté le premier véhicule gendarmerie équipé d’un brouilleur anti-drone, permettant de sécuriser un événement ou une autorité présente sur les lieux.

© SIRPA - Gend. F.Garcia

 

Enfin, à l’aide de lunettes à réalité virtuelle, le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) a proposé trois immersions dans la peau d’un opérationnel de l’unité : un saut de pont (épreuve de sélection), un saut en parachute et une interpellation avec la Force intervention.

 

© SIRPA - Gend. F.Garcia

 

Des innovations dans le domaine des communications

La gendarmerie a enfin présenté le dispositif PCSTORM. Il s’agit du système de communication multimédia du futur qui révolutionnera les communications radio critiques. L’institution passerait alors du rubis à la technologie 4G, ce qui permettra aux gendarmes et aux policiers d’avoir des informations opérationnelles et de communiquer par texte, par la voix ou par géolocalisation. Ce système s’appuie sur une priorisation et une préemption des communications critiques sur le réseau 4G Orange et s’inscrit dans le programme de réseau radio du futur.
Toutes ces innovations ont fait l’objet d’une démonstration au ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, venu sur le salon ce 19 octobre, accompagné du major général de la gendarmerie, le général de corps d’armée Bruno Jockers. À l’issue de ces présentations, le ministre a salué la capacité d’innovation des forces de l’ordre dans son discours d’inauguration.