Actualités

Le ministère de l’Intérieur commande 10 nouveaux hélicoptères H160

Auteur : la lieutenante Floriane Hours - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© MININT
Dans le cadre d’un marché notifié le 20 décembre 2021 par le ministère des Armées, le ministère de l’Intérieur va acquérir 10 hélicoptères H160. Des appareils produits en France, à Marignane, par l’industriel Airbus Helicopters.

La gendarmerie continue de se moderniser ! Dans un communiqué de presse, paru jeudi 23 décembre, le ministère de l’Intérieur a annoncé la commande de 10 hélicoptères H160. Des appareils qui équiperont les forces aériennes de la gendarmerie nationale (FAGN) dès le début 2024.

Plus grand, plus rapide et plus performant

Très attendus depuis quelques années et présentés pour la première fois sur le salon Milipol en octobre 2021, les H160 vont venir densifier la flotte aérienne de la gendarmerie et remplacer certains des 26 hélicoptères «Écureuil », en service depuis 40 ans. Plus rapide et plus performant, cet appareil pourra, selon Airbus, transporter au maximum 12 passagers (plus un ou deux pilotes), contre seulement 6 pour un « Écureuil ». Sa vitesse maximale sera de 280 km/h, avec une endurance de 880 km. Des aptitudes supérieures à son prédécesseur, qui offrait une vitesse de 225 km/h et une distance maximum de 660 km.

Du "sur-mesure"

Ces nouvelles performances permettront aux pilotes de transporter, par exemple, une section d’intervention spécialisée complète au plus près de l’objectif et dans un temps réduit, tout en ayant un appareil toujours adapté aux interventions réalisées avec de plus petites unités. Pour cela, le H160 aura un système de kit permettant de reconfigurer l’hélicoptère suivant les besoins de la mission.

Pour répondre aux besoins des forces de sécurité intérieure, Airbus a adapté son modèle. Ainsi, le H160 des FAGN bénéficiera également de nombreux outils, comme un phare de recherche infrarouge, des potences d’aérocordage pour la dépose de deux opérateurs en simultané, un treuil et bien d’autres éléments.

L’acquisition de ces nouveaux appareils ne changera pas le spectre d’action des FAGN, qui œuvreront toujours dans les domaines de l’ordre public, de l’appui aux unités de secours, de l’observation - surveillance, du contre-terrorisme ou encore du transport ministériel. L’arrivée du H160 ne modifiera pas non plus l’interopérabilité établie sur tout le territoire entre la gendarmerie nationale et la sécurité civile.

La formation des pilotes à ces nouveaux appareils devrait débuter fin 2023, avec un objectif : être prêt pour les J.O. de Paris 2024.

"Made in France"

La commande de ces hélicoptères, d’une valeur de 200 M€, s’inscrit dans un contrat bien plus large de 169 hélicoptères « Guépard » (la version militaire du H160), passé par le ministère des Armées à Airbus Helicopters. Financés grâce aux fonds débloqués par Bercy, dans le cadre du plan de soutien à l’aéronautique, ces appareils vont être produits dans les Bouches-du-Rhône, à Marignane, sur un site industriel français. Du « made in France » qui va permettre de « pérenniser des emplois industriels de pointe sur notre territoire », souligne le ministère de l’Intérieur dans son communiqué.