Actualités

Les gendarmes mobiles de Saint-Amand-Montrond en mission guyanaise

Auteur : Région de gendarmerie de Bretagne - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© EGM 45/3 de Saint-Amand Montrond

Depuis le 5 février dernier, 72 militaires de l’escadron de gendarmerie mobile 45/3 de Saint-Amand-Montrond sont déployés en Guyane, en mission de sécurité publique générale en zone de sécurité prioritaire.

En Guyane, le taux élevé de crimes et délits, les trafics et l’afflux migratoire constant, sur fond notamment d’orpaillage illégal, génèrent un climat de crise permanent, où la violence sociétale comme à l’encontre des forces de l’ordre est quotidienne. Un climat de tension, plus ou moins exacerbée, commun à l’ensemble des territoires d’outre-mer, où des renforts humains et des capacités d'intervention et de protection spécifiques sont déployés à l’année.

© EGM 45/3

Ainsi, la quasi-totalité des neuf commandements de gendarmerie d’outre-mer dispose du renfort permanent de la gendarmerie mobile. Sur la vingtaine d’unités actuellement déployées outre-mer, la Guyane, bénéficiant de sept unités, est le territoire le plus concerné, suivi de près par la Nouvelle-Calédonie.

Une mission marquante pour chaque escadron, tant ces territoires font appel à toutes les spécificités de la gendarmerie mobile, comme sa robustesse, sa flexibilité et son interopérabilité

Depuis le 5 février dernier, l'Escadron de gendarmerie mobile (EGM) 45/3 de Saint-Amand Montrond fait partie des unités mobiles déployées en Guyane pour trois mois. Ses 72 militaires sont plus précisément engagés sur le ressort de la compagnie de Saint-Laurent-du-Maroni pour y remplir une mission de sécurité publique générale en Zone de sécurité prioritaire (ZSP).

© EGM 45/3

DSI et détachements en brigades isolées

La plupart des militaires sont engagés dans le cadre des Détachements de surveillance et d'intervention (DSI). Ils mènent des actions de lutte contre les trafics de marchandises prohibées et interviennent notamment sur les nombreuses situations de violences intrafamiliales.

En parallèle, une douzaine de gendarmes de l'escadron sont détachés au sein des brigades de Mana, Saint-Laurent-du-Maroni, Apatou, Grand-Santi et Papaïchton, afin de renforcer ces unités atypiques, tant au regard de leur isolement total, au milieu de la jungle, que pour les missions particulières qui y sont réalisées, comme les patrouilles en quad ou en pirogue le long du Maroni.

S’investissant sans compter dans leurs missions, les militaires de l’escadron de Saint-Amand-Montrond ont, depuis leur arrivée, participé à plusieurs interventions marquantes : l’interpellation d’un forcené, d’importantes saisies de marchandises, en collaboration avec la douane (notamment près de 4 tonnes composées pour l’essentiel de cartouches de cigarettes)… Certaines de ces marchandises (nourriture) ont ensuite pu être données à des associations locales.

© EGM 45/3

Un 73e personnel de l’escadron, stagiaire de l’école polytechnique

Accueillie au sein de l’escadron depuis le 3 décembre 2020, l'aspirant Manon G., stagiaire polytechnicienne, a profité de cette projection en Guyane pour aller au contact des lycéens de Saint-Laurent-du-Maroni.

Dans le cadre de l'Opération Monge, initiative de l’École Polytechnique pour promouvoir les études d'ingénieur auprès des lycéens de toute la France, elle est intervenue dans les lycées Raymond-Tarcy et Lumina-Sophie, auprès d'élèves de première et de terminale, intéressés par les sciences. Elle leur a présenté les différents cursus de formation, les grandes écoles pour devenir ingénieur, ainsi que les différents types de métier pouvant être exercés une fois le diplôme en poche.

Alors que les dates limites de Parcoursup approchent pour les terminales, les élèves se sont montrés réceptifs et dynamiques. Ces présentations auront peut-être éveillé chez eux des vocations d'ingénieurs et de gendarmes…

© EGM 45/3