Actualités

Promotion « adjudant-chef Marcellin Cazals » : retour sur le choix du parrain par les élèves-gendarmes

Auteur : Pablo Agnan - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
Dépôt de gerbe sur le caveau familial de l'ADC Marcellin Cazals, à Quins.
© CGD Rodez

Les élèves-gendarmes de la 400e promotion de l’École de sous-officiers (ESOG) de Montluçon ont choisi l'adjudant-chef Marcellin Cazals comme parrain. Ils viennent de lui rendre hommage lors d'une marche effectuée sur sa terre natale, dans l'Aveyron. Mais comment sont choisis les parrains de promotion des élèves, officiers comme sous-officiers ?

 

Choisir le nom du parrain pour sa promotion est toujours un moment solennel en école, pour les élèves-officiers comme sous-officiers. Si les valeurs inculquées au cours de la formation sont les mêmes pour toutes et tous, leur incarnation dans un personnage varie en fonction de la personnalité des élèves et de leur vécu. Mais bien d’autres facteurs concourent à la décision. L’actualité en fait partie. C’était par exemple le cas pour la 124e promotion de l’EOGN (École des officiers de la gendarmerie nationale), en 2018. Les élèves-officiers avaient choisi le nom de leur parrain avant le drame survenu à Trèbes, dans l’Aude. Mais à la suite du sacrifice du colonel Arnaud Beltrame, le nom de l’officier s’est naturellement imposé pour devenir le parrain de cette promotion.

Habituellement, pour les officiers, « c’est la Delpat (Délégation au Patrimoine de la gendarmerie) et les élèves-officiers qui choisissent ensemble et après propositions, le nom du parrain de promotion, explique le commandant Jean-François Nativité, de la Delpat. Ce choix est le fruit d’une réflexion poussée, menée en interaction avec le commandant de l’école et le commandement des écoles. » La sélection répond également à des critères stricts, notamment que le potentiel parrain ait été officier de gendarmerie, qu’il soit décédé depuis plus de 5 ans et qu’il soit victime de guerre ou du devoir (mort en service dans des circonstances exemplaires).

Des exceptions existent cependant : une promotion peut en effet choisir des noms de faits d’armes, au cours desquels la gendarmerie s’est illustrée, comme la promotion « KILSTETT ».

Pour les élèves-gendarmes, « c’est le SHD (Service Historique de la Défense) qui interagit avec les élèves et leur fait des propositions. » Le cheminement est le sensiblement le même que pour les élèves-officiers. Mais le cas de la 400e promotion de l’École de sous-officiers de gendarmerie (ESOG) de Montluçon « s’est révélé atypique », confie l’officier.

La 400e promotion de l'ESOG de Montluçon a conçu une plaque commémorative pour permettre à la population de découvrir ou redécouvrir l'ADC Marcellin Cazals.

© CGD Rodez

Un Juste parmi les Nations comme parrain

Le choix comme parrain de promotion de Marcellin Cazals, gendarme, résistant et nommé Juste parmi les Nations en 1993 pour ses actions héroïques durant l’Occupation, « est singulier de par le lien institutionnel entre lui et les élèves-gendarmes ». Il l’est également au regard du cérémonial qui entoure ce choix. S’il y a toujours des célébrations en l’honneur du parrain, « le protocole ne comporte pas nécessairement un ancrage territorial », précise le commandant Jean-François Nativité, comme cela a été le cas le 7 mai dernier, pour la promotion d'élèves-gendarmes de l’école de Montluçon.

En effet, pour célébrer la mémoire de son parrain, la « promotion ADC Cazals » a effectué un pèlerinage sur sa terre natale, dans l’Aveyron. Après une cérémonie organisée dans le respect des mesures sanitaires, en présence des élus locaux et des autorités militaires, au cours de laquelle le chef d’escadron Jacques De Oliveira, commandant de la compagnie de Rodez et le capitaine Gilles André-Poyaud, commandant de la 4e compagnie de l’ESOG, se sont vu remettre la médaille de la commune par le maire de Sauveterre-de-Rouergue, les élèves-gendarmes ont entamé une marche de 15 kilomètres, « pour faire vivre la mémoire d’un gendarme humble et exemplaire. »

Les élèves-gendarmes ont entamé une marche de 15 kilomètres au départ du village de Sauveterre-de-Rouergue, « pour faire vivre la mémoire d’un gendarme humble et exemplaire. »

© CGD Rodez

Une marche en forme de jubilé

Cette marche, en forme de jubilé, a débuté sur les derniers contreforts du Massif central. Cette région, également connue sous le nom du « pays des cent vallées », est la terre natale et familiale de Marcellin Cazals. Les élèves-gendarmes de la 400e promotion de Montluçon sont partis de Sauveterre-de-Rouergue, l’un des plus beaux villages de France, pour rejoindre le hameau de Puech-Amans, lieu de naissance de leur parrain de promotion.

Durant cette marche, un arrêt a été effectué à Quins, commune où repose le Juste parmi les Nations. Les élèves-gendarmes ont déposé une gerbe sur le caveau familial, avant de reprendre leur chemin en direction de Naucelle, où l’adjudant-chef Cazals a vécu les dernières années de sa vie. Les militaires ont profité de cette occasion pour remettre une plaque commémorative, conçue par leur promotion, au commandant de la Communauté de brigades (Cob). Celle-ci sera prochainement apposée à l’accueil de l'unité, où elle permettra à la population de découvrir ou de redécouvrir ce gendarme au comportement glorieux et sans équivoque, ayant accompli plusieurs actions d’éclat au cours de sa longue carrière.

La plaque commémorative conçue par la promotion "ADC Marcellin Cazals" a été remise au commandant de la communauté de brigades de Naucelle, afin d'être apposée à l'accueil de l'unité.

© CGD Rodez

Une cérémonie de baptême de la caserne de Naucelle au nom d'« Adjudant-chef Marcellin Cazals » aurait théoriquement dû se tenir à cette même date. Mais, conditions sanitaires obligent, elle a été reportée à la fin du mois de septembre prochain, soit presque 20 ans jour pour jour après la mort du gendarme résistant.

Un hommage tout en justesse à l’adjudant-chef Marcellin Cazals

Pendant la Seconde guerre mondiale, l’adjudant-chef Marcellin Cazals a sauvé des centaines de résistants et de juifs. Pour son action remarquable, le ..

Lire la suite...