Actualités

Quand les experts forment les enseignants

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© GEND/SIRPA/MARIE-AMELIE SAILLET

Dans le cadre de l’opération « EXPERTS à l’École », pilotée par le dispositif de l’Éducation nationale « Sciences à l’École », destiné à soutenir et promouvoir la culture scientifique et technique dans les collèges et les lycées, dix enseignants et des référents de la gendarmerie ont suivi, du 25 au 27 octobre, un stage de formation scientifique de haut niveau sur le site de l’IRCGN.

« Nous sommes à la mode ! », sourit le lieutenant-colonel (LCL) Grégory Briche, chef de la division criminalistique physique chimie de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), et membre du comité scientifique de l’opération « EXPERTS à l’École », qui s'inscrit dans le cadre du partenariat de longue date entre l’IRCGN et le dispositif « Sciences à l’École » du ministère de l’Éducation nationale. « L’idée était d’utiliser l’appétence des jeunes pour les séries comme Les Experts ou Dexter, pour les attirer vers les matières scientifiques », poursuit l’officier.

Du 25 au 27 octobre, dix enseignants de cinq collèges et lycées d’Île-de-France, ainsi que cinq gendarmes venus de quatre régions et de la collectivité territoriale d’outre-mer de Saint-Pierre-et-Miquelon, ont donc suivi, à l’IRCGN, un stage de formation scientifique de haut niveau. Au programme : conférences, visites de laboratoires et nombreux ateliers pratiques en effectifs réduits.

Le kit complet du parfait expert

Après 2015 et 2016, l’institut accueillait pour la troisième fois ce stage. Les établissements - collèges, lycée général et lycée professionnel -, retenus après un appel à projets, ont reçu une mallette, prêtée pour une durée de trois ans, comprenant un kit complet : matériel de mesure balistique, cartouches usagées, assortiment de poudre et de pinceaux pour la révélation d’empreintes, piluliers de prélèvement, lampes, microscope et appareil photo numériques, microphone, centrifugeuse, terrarium. Au cours des ateliers pratiques, les enseignants ont eu l’occasion de manipuler ce matériel, afin de travailler sur des scénarios qu’ils reproduiront ensuite avec leurs élèves.

Cinq mallettes ont également été mises à la disposition des commandants de quatre Régions de gendarmerie - Île-de-France, Centre-Val-de-Loire, Pays-de-la-Loire, Rhône-Alpes-Auvergne - ainsi que de Saint-Pierre-et-Miquelon. Quatre référents de ces Régions ont suivi la formation et ont pu échanger avec les experts de l'IRCGN et les enseignants. « Le référent outre-mer recevra sa mallette et bénéficiera d’un accompagnement par une experte dédiée de l’IRCGN qui possède une grande connaissance du terrain, complète le LCL Briche. Ainsi armé, il pourra prendre son bâton de pèlerin et prêcher la bonne parole dans les établissements de l’île ! »

L’intérêt de ces ateliers est donc, par un biais détourné, de donner goût à la science aux élèves et peut-être de susciter des vocations. « Pour nous, cela peut effectivement déboucher sur des recrutements, confirme Grégory Briche. Pendant le premier confinement, nous avons proposé plusieurs ateliers en visio. Accompagner l’Éducation nationale quand les établissements étaient fermés, c’était aussi une manière pour le PJGN de répondre présent. Ces ateliers ont permis de nouer des contacts avec des parents d’élèves, qui nous ont souvent sollicités afin d’avoir des informations sur les cursus, les statuts… » Les experts de demain se trouvent sur les bancs des écoles, collèges et lycées d’aujourd’hui.