Actualités

#RépondrePrésent : 1 200 produits collectés par la gendarmerie au bénéfice de 150 étudiants

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
Chargement par les personnels de l'Amicale de la Maréchaussée et du Groupement de sécurité et d’appui des denrées alimentaires et des produits d'hygiène dans le véhicule des étudiantes de Paris Nanterre.
Chargement par les personnels de l'Amicale de la Maréchaussée et du Groupement de sécurité et d’appui des denrées alimentaires et des produits d'hygiène dans le véhicule des étudiantes de Paris Nanterre.
© SIRPA GEND

Ce jeudi 18 mars, deux étudiantes de l’épicerie solidaire AGORAé de Paris Nanterre ont récupéré des produits alimentaires et d’hygiène, donnés par les personnels de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), à l’occasion d’une collecte organisée par l’Amicale de la Maréchaussée et le Groupement de sécurité et d’appui (GSA) d’Issy-les-Moulineaux.

Depuis le début de la crise sanitaire, la gendarmerie nationale multiplie les initiatives sur tout le territoire, afin d’apporter un soutien matériel et psychologique aux personnes vulnérables et isolées. Dans la continuité de ces nombreuses actions solidaires, l’Amicale de la Maréchaussée ainsi que les sections « Matériel » et « Santé et sécurité au travail » du Groupement de sécurité et d’appui (GSA) d’Issy-les-Moulineaux ont organisé une collecte de denrées alimentaires et de produits d’hygiène, au bénéfice des étudiants de Paris Nanterre en situation de précarité.

Cette collecte, qui s’est déroulée à la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), du 2 au 12 mars, a permis de réunir 1 200 produits, pris en charge ce jeudi 18 mars par Sarah et Salma, deux étudiantes de l’épicerie solidaire AGORAé de Paris Nanterre, qui compte actuellement 150 bénéficiaires. 

Ces dons sont essentiels

« Les épiceries AGORAé existent depuis 2011, et il y en a 24 en France, précise Salma. Nous proposons généralement des denrées alimentaires à moindre coût, entre 10 % et 30 % en deçà des prix du commerce, mais avec la crise sanitaire, l’épicerie a fermé ses portes, et nous organisons des distributions gratuites de produits collectés. Ces dons sont essentiels. »

« C’est un poids en moins pour les étudiants, poursuit Sarah. C’est aussi un temps d’échange, un moyen de conserver un lien social. C’est très important en ce moment, ça fait vraiment du bien ! »

L’Amicale de la Maréchaussée avait organisé, les années précédentes, des collectes de jouets au profit du Secours Catholique. « Mais j’étais sceptique à l’idée de reconduire cette opération en 2021, explique le major Renaud Plouviez, président de l’Amicale, notamment en raison des problèmes d’hygiène que posent les jouets, qui représentent un volume important à nettoyer. J’ai donc échangé avec le GSA pour voir ce que nous pouvions envisager dans le contexte de la crise sanitaire. » 

« J’ai cherché une association dans le département des Hauts-de-Seine pour monter une action solidaire, poursuit Corinne de la Fuente, chef de la Section Santé et sécurité au travail du GSA, et je suis entrée en contact avec l’AGORAé de Paris Nanterre. » Du 2 au 12 mars, les personnels de la DGGN ont ainsi pu apporter leur contribution à cette belle initiative. 

« Nous sommes très satisfaits du bilan de cette opération, et c’est avec beaucoup de reconnaissance que nous remercions l’ensemble de nos donateurs pour le sens de l’humain qui les anime, conclut le major Plouviez. Malgré le télétravail, nous avons en effet pu collecter de nombreux articles. Enfin, je n’oublie pas d’associer le Service d'information et de relations publiques des armées (Sirpa) Gendarmerie, dont les supports de communication ont permis d’optimiser la sensibilisation et la solidarité de notre Communauté civile et militaire. »

© SIRPA GEND