Actualités

Saint-Astier : lancement du centenaire de la gendarmerie mobile au CNEFG

Auteur : la lieutenante Floriane Hours - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© CNEFG

Ce mardi 11 mai, sur la place d’armes du Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG), à Saint-Astier, a été lancé le centenaire de la gendarmerie mobile. Pour marquer cet événement, organisé dans le respect des mesures sanitaires, le monument national aux morts de la gendarmerie mobile a été dévoilé et une salle du souvenir de la gendarmerie mobile a été inaugurée.

Le major général de la gendarmerie, le général de corps d’armée Bruno Jockers, s’est rendu, ce mardi 11 mai, au Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG), à Saint-Astier, pour inaugurer, lors d'une cérémonie interne et intimiste, les deux stèles constituant le monument en hommage à tous les morts de la gendarmerie mobile, mémorial qui n’existait pas jusqu’alors.

À ses côtés, étaient présentes quelques autorités locales, parmi lesquelles le préfet Frédéric Périssat, la maire de Saint-Astier, Élisabeth Marty, et deux députés, mais surtout la gendarmerie mobile, représentée par les commandants de groupement et des stagiaires du diplôme d’arme.

À l’issue de cette séquence solennelle, le major général a pris le temps d’échanger, justement, avec quelques stagiaires du diplôme d’arme 2021.

© GND F. Garcia

Le CNEFG : Un centre d'excellence pour tous les gendarmes

Depuis 50 ans, le Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG), implanté à Saint-Astier (24), est, jusqu’au niveau européen, la r..

Lire la suite...

Un lieu d’histoire de la gendarmerie mobile

Une autre inauguration marquante s’est déroulée le même jour sur le site du CNEFG, celle de la salle du souvenir, particulièrement attendue et espérée.

Ce lieu unique a pour but d’être la vitrine de l’histoire de la mobile, depuis sa création en 1921 jusqu’aux engagements les plus récents, en passant bien sûr par tous les événements marquants : des grandes manifestations de février 1934 aux guerres de la décolonisation, la participation aux OPEX, l’aide aux populations sinistrées en métropole et en outre-mer, la lutte contre la délinquance, la féminisation et bien d’autres.

À travers l’exposition de documents, de tenues et d’armement, c’est donc un siècle d’histoire qui va être exposé dans cette salle du souvenir, dans une démarche à la fois mémorielle et pédagogique.

Une façon forte de célébrer et de lancer le centenaire de la gendarmerie mobile, subdivision qui, depuis sa création, est l’un des piliers de la gendarmerie.

Inauguration de la salle du souvenir de la gendarmerie mobile.

© CNEFG