Actualités

Clap de fin pour les élèves de la toute première e-promotion de l’école de gendarmerie de Chaumont

Auteur : la lieutenante Floriane Hours - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© B . Couvreux - Ecole de gendarmerie de Chaumont
En présence du général de division Olivier Kim, général adjoint au major général, s’est déroulée, ce jeudi 24 février, la cérémonie de sortie de la toute première e-promotion de l’école de gendarmerie de Chaumont. Une promotion dont la particularité est une formation numérique renforcée. Explications.

La gendarmerie a mis en place, depuis plusieurs années, et ce à tous les échelons, une stratégie de transformation digitale, renforcée dans le cadre du plan d’action Gend 20.24. Au sein des compagnies, l’action des Sections des systèmes d'information et de communication (SSIC), majoritairement transformées aujourd’hui en Sections opérationnelles de lutte contre les cybermenaces (SOLC), a, par exemple, été accrue. Sur le terrain, les outils numériques (Néo et Ubiquity) permettent désormais le prolongement des brigades physiques et les prises de plainte hors les murs, au contact direct des victimes, ne cessent de se développer.

Afin de poursuivre cette évolution digitale, la gendarmerie a décidé d’agir à la base, au cours de la formation initiale des gendarmes. Pour cela, début 2021, une e-compagnie a été créée au sein de l’école de gendarmerie de Chaumont. Ce jeudi 24 février, soit huit mois après son lancement, la première e-promotion de cette compagnie bien particulière a fait sa sortie.

Le numérique : de 5 à 25 % de la formation

Comprendre les notions d’intelligence artificielle, connaître le fonctionnement d’un drone, mieux maîtriser les outils développés par la gendarmerie pour lutter contre les cyber-menaces, connaître les réseaux tactiques de communication, les outils de renseignement ou encore les solutions numériques de gestion de crise… Autant d’outils numériques qui n’étaient pas, ou peu, vus par les élèves gendarmes lors de leur passage en école, et qui ont été mis en avant lors de cette formation « enrichie ».

Pour intégrer ces nouvelles connaissances à l’enseignement général dispensé à la e-compagnie, la part consacrée au numérique a donc été notablement augmentée, passant de 5 à 25 %. Dans le même temps, la durée de formation des 120 élèves de cette e-promotion a été allongée d’une semaine. Une prolongation qui leur a permis d’intégrer ces nouvelles compétences, sans peser sur le reste de l’enseignement général.

Une présélection de 500 places pour 120 places disponibles

Pour composer cette promotion expérimentale, les élèves ont été choisis sur le volet, par le biais d’une sélection organisée en deux phases. Pour la première, trois critères ont été observés : l’ordre de classement au concours ; le volontariat et une sélection tenant compte des diplômes et des qualifications civils liés au numérique ; et, enfin, les résultats obtenus à l’épreuve « Pass num », passée au moment de la phase d’admission du concours SOG 2020. Au total, 500 profils avaient été présélectionnés. Pour réduire ce nombre à 120 (nombre d'élèves composant une compagnie), une deuxième phase de sélection a été mise en place, comportant cette fois une évaluation numérique.

Irriguer le terrain d’une culture numérique

À travers la création de cette e-compagnie, l’objectif du Commandement des écoles de la gendarmerie nationale (CEGN) n’est pas de former de futurs spécialistes de l’informatique et du digital destinés à rejoindre une unité spécialisée. Il s’agit plutôt d’intégrer de nouvelles compétences digitales à la formation initiale des gendarmes départementaux et mobiles de demain. Des connaissances qui viendront ensuite irriguer le terrain d’une culture numérique.

La réussite de cette première e-promotion était donc un enjeu majeur pour la concrétisation de ce projet. Au-delà des connaissances transmises aux élèves gendarmes, elle va en effet permettre au CEGN de tirer des enseignements et d’adapter ces nouveaux modules numériques pour qu’ils répondent au mieux aux besoins des gendarmes sur le terrain.

À moyen terme, l’idée est également d’étendre le fonctionnement des e-compagnies à l’ensemble des formations initiales, afin de donner à tous les gendarmes de demain, les moyens d’agir au mieux pour la population, dans un monde de plus en plus digitalisé. Pour cela, en 2022, trois nouvelles e–compagnies devraient être mises en place au sein de l’école de gendarmerie de Chaumont.