Actualités

Finistère : une opération « Territoires propres » contre les atteintes à l’environnement

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© GEND/SIRPA/C.BEZAT

Du 7 au 9 juin 2022, une opération coordonnée, baptisée « Territoires propres », visant à lutter contre les différentes atteintes à l’environnement, a été menée par les six compagnies et l’Escadron départemental de sécurité routière (EDSR) du Groupement de gendarmerie départementale (GGD) du Finistère.

Avec ses 1 431 kilomètres de côtes, en comptant les différentes îles et îlots, de l’archipel des Glénan à celui de Molène, en passant par les Îles de Sein, d’Ouessant et de Batz, le Finistère dispose de la plus grande façade maritime, représentant un quart des côtes françaises. Le département comprend également deux vastes zones terrestres protégées : le Parc naturel marin (PNM) d’Iroise, haut lieu de la biodiversité, et le Parc naturel régional d’Armorique (PNRA), riche de 125 000 hectares répartis sur 44 communes.

Forte de sa compétence géographique établie sur 98, 81 % du département (271 communes sur 277), la gendarmerie du Finistère est un acteur majeur de la protection de cet environnement, et de la lutte contre les diverses atteintes à l’environnement (camping sauvage, incendie, déchets, atteintes à la biodiversité, etc.).

Dans le cadre de la journée internationale de l'environnement, le 5 juin 2022, une opération coordonnée, baptisée « Territoires propres », s’est déroulée du 7 au 9 juin 2022, menée par les six compagnies et l’Escadron départemental de sécurité routière (EDSR) du Groupement de gendarmerie départementale (GGD) du Finistère.

© GEND/SIRPA/C.BEZAT

En lien avec les élus

Cette opération, qui a mobilisé 28 militaires, s’inscrit en parfaite cohérence avec l’opération #Présentpourlesélus. En effet, en première ligne dans tous les territoires, les élus sont confrontés directement à ces problématiques de préservation de l’environnement.

C’est donc en lien avec les élus du Finistère que les gendarmes du GGD ont d’abord procédé à une recherche et une exploitation de renseignements, avec des mission de repérage en hélicoptère, qui ont permis de d’identifier neuf sites de décharges sauvages et de stockages illégaux de véhicules hors d’usage, déchets industriels et polluants, au sein des communes de Riec-sur-Bélon, Querrien, Fouesnant, Pouldergat, Crozon, Briec-de-l’Odet, Saint-Pol-de-Léon, Le Folgoët et Saint-Renan.

Les contrôles coordonnés des cibles ont conduit les gendarmes à relever 16 délits : quatre dépôts illégaux de déchets, cinq abandons de véhicules hors d’usage, quatre exploitations sans autorisation d’installations classées protection de l’environnement, et trois gestions irrégulières de déchets, dont une par une personne morale.