Actualités

Inauguration du Campus cyber à la Défense

Auteur : capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃3 min.
© SIRPA - Brice Lapointe

Le 15 février, le nouveau Campus cyber a été inauguré par le ministre de l’Économie. Sa vocation est de rassembler les principaux acteurs cyber, nationaux et internationaux.

Mardi 15 février, à Nanterre, le nouveau Campus cyber faisait l’objet de toutes les attentions. Avec sa superficie de 26 000 m², répartie sur 13 étages, il ambitionne de devenir un véritable « lieu totem », rassemblant l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux qui œuvrent au quotidien dans le milieu cyber. Ce projet, voulu par le président de la République, Emmanuel Macron, répond à la nécessité de protéger les Français dans cet espace en développement perpétuel. Il permettra également de faire rayonner l’excellence française en la matière.

Avec ce nouvel environnement favorable pour l’innovation technologique, il s’agit alors de mettre en place un levier pour la création d’une société numérique de confiance, articulé autour de quatre piliers : les opérations, la formation, l’innovation et la mobilisation.

Cette collaboration entre les différents acteurs est indispensable dans le milieu cyber, comme l’a souligné le général de division Marc Boget, chef du ComCyberGend (Commandement de la gendarmerie dans le cyberespace), lors de son interview sur France info. « L’esprit collaboratif est fondamental, car il n’y a pas de frontières dans le monde cyber. Il faut que l’ensemble des acteurs coopèrent, que ce soit du côté des innovations ou du travail au quotidien. »

La place de la gendarmerie au sein du campus

Au sein du Campus cyber, la gendarmerie tient une place importante, en y intégrant 40 personnels. Au fil des années, l’institution est en effet devenue un acteur incontournable de la lutte contre les cybermenaces et la cyberdélinquance. Avec la création du ComCyberGend, le 25 février 2021, la gendarmerie a structuré l’ensemble de son organisation, composée de plus de 7 000 cyberenquêteurs, et dispose désormais d’une entité unique en Europe, regroupant l’ensemble des problématiques cyber, de la prévention aux investigations.

Par son intégration au sein du Campus cyber, la gendarmerie souhaite renforcer sa proximité avec les autres acteurs, afin de multiplier les actions partenariales et créer une dynamique d’innovation participative, dans un but de co-développement de solutions performantes et efficientes. « Se côtoyer tous les jours peut faire naître des projets », mentionnait le général Marc Boget. À l’inverse, l’institution apportera au campus son expertise en tant qu’unité opérationnelle, sa capacité cyber ayant été prouvée dans de nombreuses opérations judiciaires, et mettra à profit son savoir-faire en matière d’innovation participative ainsi que ses liens privilégiés avec le monde industriel (FIC, AGIR…).

Le cyber, un enjeu majeur

La menace cyber est aujourd’hui plus que présente, une augmentation de 25 % des faits ayant été constatée en 2021 en zone de compétence gendarmerie. Sa prise en compte est un véritable enjeu et une nécessité sécuritaire. La gendarmerie en est consciente ! Lors de son discours introductif, le général d’armée Christian Rodriguez, directeur général de la gendarmerie, déclarait d’ailleurs que « comme sur les territoires physiques, la gendarmerie doit œuvrer sans relâche pour garantir la sécurité des personnes et des biens, conseiller, rassurer et veiller au respect des lois et des libertés fondamentales. »

Avec la formation de cyberenquêteurs, le recrutement de profils scientifiques, la sensibilisation de l’ensemble de ses personnels, le développement de plateformes à destination de la population, les actions de prévention au profit des acteurs publics et privés, le développement d’innovations technologiques, ou encore les cyberpatrouilles, l’institution multiplie les initiatives pour développer son organisation et être en mesure de faire face à une potentielle crise cyber.

Avec une attaque ransomware toutes les neuf secondes dans le monde, cette éventualité est aujourd’hui une réalité. La coupe du Monde de rugby en 2023, puis les Jeux Olympiques de 2024, à Paris, sont, à ce titre, des enjeux majeurs, car ils représentent un théâtre d’action attractif pour les cyberdélinquants. La nécessité de rassembler des organismes publics, des grands groupes industriels et des acteurs du monde académique est donc une évidence. C’est bien là la mission du Campus cyber : fédérer tous les spécialistes de la cybersécurité !