Actualités

Le 16 février, la gendarmerie célèbre ses héros

Auteur : capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© SIRPA - Brice Lapointe

Mercredi 16 février, à travers toute la France, les gendarmes se sont rassemblés pour célébrer les héros de la gendarmerie, ceux du quotidien.

Le 16 février est un jour tout particulier pour la communauté de la gendarmerie. Symbole de l’esprit de corps, cette journée permet de commémorer ceux qui ont péri dans l’accomplissement de leur mission. Mais pas que ! Pour la première fois cette année, une nouvelle symbolique lui sera donnée : se souvenir des absents et saluer les héros du quotidien.

Ainsi, ce mercredi 16 février 2022, partout en France, à travers le cérémonial militaire, les héros de la gendarmerie, décédés et vivants, ont été célébrés avec toute la solennité requise.

Une symbolique forte

Parce que depuis aussi longtemps qu’existe la gendarmerie, les gendarmes n’ont pas failli dans l’accomplissement de leur mission, l’institution se doit de les honorer. En ce jour solennel, la gendarmerie continue de commémorer ses camarades morts pour la France, morts pour le service de la Nation. Elle garde aussi en mémoire l’engagement désintéressé et la bravoure dont font preuve chaque jour les gendarmes, ces héros du quotidien, ceux qui, sous le feu de l’adversaire, sont allés au bout de la mission, ceux qui ont pris tous les risques pour sauver une personne dont la vie était menacée, ceux qui ont fait obstacle à la violence.

Cet hommage à vos morts est aussi le vôtre. Celui rendu à des héros ordinaires qui agissent dans la discrétion et l’humilité du service quotidien pour la paix publique et le maintien de l’ordre. Pour la France et les Français.

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur

Cette nouvelle symbolique soutient l’engagement ainsi que l’exemplarité des gendarmes. Elle exprime toute la fierté qu’il y a à être gendarme et rappelle aussi que sa vocation n’est pas de mourir, mais qu’il en accepte le risque si le succès de la mission est à ce prix.

La cérémonie nationale d’hommage

Mercredi après-midi, aux Invalides, s’est déroulée la cérémonie nationale d’hommage aux héros de la gendarmerie, sous la présidence du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et de la ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants, Geneviève Darrieussecq.

Les trois gendarmes décédés dans l’exercice de leurs fonctions depuis le 16 février 2021 ont été honorés :

  • la maréchale des logis-cheffe Jennifer Benet, du groupe de commandement de la compagnie de gendarmerie départementale d’Hyères (83), décédée le 28 septembre 2021, à l’âge de 36 ans ;
  • le gendarme Gaëtan Binet, de la brigade de proximité de Port-Jérôme-sur-Seine (76), décédé le 7 octobre 2021, à l’âge de 27 ans ;
  • le maréchal des logis-chef Claude Ruocco, du PSIG de Dardilly (69), décédé le 15 janvier 2022, à l’âge de 53 ans.

Six gendarmes ayant accompli des actes d’héroïsme ont également été récompensés.

À la fin de la cérémonie, le chant de la gendarmerie nationale a résonné dans la cour des Invalides, rappelant à chacun le « culte de la mission » et « l’esprit de sacrifice jusqu’au sacrifice ultime », inhérents à l’engagement même du gendarme.

Héros discret du quotidien

Et fort de nos siècles d’Histoire

Notre honneur et notre gloire

Donner notre vie si besoin

Pour remplir sa mission

Il en a fait le serment

Quelles que soient les conditions

Le gendarme répond présent

Chant de la gendarmerie

À 18 h 30, s'est tenue une cérémonie de dépôt de gerbe et de ravivage de la Flamme, en présence des familles éprouvées et de présidents d’association de la gendarmerie. Un moment solennel permettant d’honorer, en toute intimité, le sacrifice des gendarmes décédés depuis des siècles.

Un hommage dans toute la France

Dans les régions, des cérémonies ont également eu lieu, et des militaires ont été récompensés. Les mots du ministre de l’Intérieur ont résonné dans l’esprit de chaque gendarme : « Servir. Protéger ou neutraliser, prévenir ou réprimer, mais servir », voilà la vocation du gendarme.

À Toulon, la cérémonie du 16 février fut aussi l’occasion de souligner l’engagement des gendarmes du Var lors de deux événements d’ampleur. Les 23 et 24 novembre 2019, ainsi que le 1er décembre 2019, le département du Var subissait des épisodes pluvieux d’une rare intensité. Face à cet événement climatique présentant un risque manifeste pour la population, les gendarmes du Groupement de gendarmerie départementale du Var (GGD 83) s’étaient fortement mobilisés pour secourir les personnes prises au piège par la montée des eaux.

À peine deux ans plus tard, en août 2021, le même département était touché par un incendie majeur, dans le massif des Maures. Pour assurer la sécurité de l’ensemble de la population, le GGD 83 avait mobilisé plus de 400 militaires, dont 130 sur le terrain en permanence. Au titre de ces deux engagements, la médaille de bronze pour acte de courage et de dévouement a été décernée au fanion du GGD 83.

© GGD83

Afin de clore cet hommage, un concert donné par le Chœur de l’armée française et l'orchestre de la Garde républicaine, enregistré au sein de la cathédrale des Invalides, a été diffusé sur les réseaux sociaux de la gendarmerie.