Actualités

Le Groupement de gendarmerie du Var conseille les randonneurs

Auteur : Antoine Faure - publié le
Temps de lecture: ≃2 min.
© Tous droits réservés

Afin de limiter le nombre de personnes, encore trop nombreuses, qui s’égarent chaque année dans les forêts du Var, et de faciliter les recherches le cas échéant, le Groupement de gendarmerie départementale a mis en place des actions de prévention sur le terrain, au contact des randonneurs.

Entre mer et montagne, plages de sable fin et pinèdes, le Var est une destination très prisée des randonneurs. Et l’arrière saison, avec moins de fortes chaleurs, constitue une période particulièrement agréable pour découvrir ces paysages. Mais ceux qui s’aventurent un peu trop hors des chemins balisés risquent fort de le perdre, leur chemin, notamment dans les forêts denses qui recouvrent quasiment les trois-quarts du département.

Chaque année, le Groupement de gendarmerie départementale (GGD) du Var effectue plus d’une centaine de recherches de personnes égarées dans ces zones boisées. Afin d’éviter que l’activité « rando » ne se transforme en drame, et pour limiter l’emploi de forces importantes que la gendarmerie doit mettre en œuvre à chaque disparition (moyens humains et aériens, équipes cynophiles…), le GGD a décidé de mettre en place des actions de prévention,  à la fois dans les magasins de sport, les clubs équestres et de randonnée, les agences de location de VTT, mais aussi directement sur le terrain, au contact des randonneurs eux-mêmes.

© Tous droits réservés

La messagerie du téléphone peut vous sauver

« Ce sont des messages de prévention classiques, mais qu’il est bon de rappeler, et qui sont valables pour les grandes randonnées comme pour les petites sorties dominicales », estime le capitaine (CNE) Christian, adjoint au commandant du GGD. À savoir : communiquer l’itinéraire de la randonnée à un tiers, s’assurer que la batterie de son téléphone soit rechargée ou prévoir une possibilité de rechargement, prendre de quoi se couvrir en cas d’intempéries, préférer les départs matinaux, prendre une lampe de poche, etc.

« Si vous êtes effectivement perdus, et que la batterie de votre téléphone approche son niveau le plus faible, nous conseillons de choisir un endroit le plus dégagé possible et visible de loin (clairière, voies de défense des forêts contre l'incendie…), de ne plus bouger, et de laisser un message vocal sur le répondeur avant que le batterie ne s’épuise définitivement, en indiquant de manière la plus précise et détaillée possible cet endroit (particularité du relief, de la végétation, des chemins forestiers, de la vue), le massif où vous vous trouvez, votre tenue vestimentaire, ainsi qu’une blessure éventuelle », insiste le CNE Christian.

À travers ce type d’opération, au contact de la population, la gendarmerie répond une nouvelle fois présent sur le volet de la prévention, avec des mesures de protection « sur-mesure », adaptées au public concerné.