Actualités

Le ministère de l’Intérieur engagé dans la promotion de l’égalité et de la diversité

Auteur : capitaine Marine Rabasté - publié le
Temps de lecture: ≃4 min.
© Ministère de l'Intérieur - DICOM

A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, de nombreuses actions ont été menées au sein du ministère de l'Intérieur. Retour sur la journée à travers quelques actions phares valorisant l'égalité et la diversité.

Grande cause du quinquennat, l’égalité professionnelle est un enjeu sociétal majeur promouvant une égalité de traitement entre les hommes et les femmes en matière d’accès à l’emploi, à la formation et à la promotion. Aujourd’hui, la place des femmes dans les composantes du ministère de l’Intérieur ne fait plus débat. Ce dernier avait d’ailleurs été précurseur, puisqu’il était le premier à avoir signé un protocole d’accord relatif à l’égalité professionnelle, le 7 mars 2014. Son engagement durable dans le domaine lui a valu l’obtention, quatre ans plus tard, des labels « égalité professionnelle » et « diversité ». À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le ministère de l’Intérieur a accentué sa promotion de l’égalité professionnelle et de la diversité, en organisant plusieurs actions destinées à faire connaître et à valoriser les politiques mises en place.

« Toutes Marianne »

Toutes Marianne. C’est l’intitulé qu’a choisi la ministre déléguée, Marlène Schiappa, pour symboliser cette journée du 8 mars. Figure symbolique de la République française, Marianne est l’icône qui permet aujourd’hui de promouvoir les libertés fondamentales et les valeurs républicaines que souhaite porter le ministère de l’Intérieur.

Mardi matin, la ministre a organisé un échange autour du programme « Commandantes ! », mettant en valeur « les femmes du ministère de l’Intérieur qui exercent des métiers à responsabilités, dans un domaine particulièrement difficile, qui risquent leur vie ». Lors de cette discussion, la générale de corps d’armée Isabelle Guion de Méritens, première femme saint-cyrienne, première femme officier en gendarmerie et première femme nommée générale, a témoigné de son expérience en tant que « pionnière » au sein de la gendarmerie. « Aujourd’hui, les choses ont bien évolué, les femmes sont présentes partout, dans tous les métiers. Elles sont présentes en nombre important. […] Elles ont fait preuve de leurs compétences, de leur capacité d’adaptation, de leur capacité à exercer des fonctions d’autorité. Les institutions aussi ont fait beaucoup, pour adapter un certain nombre de règles d’organisation, pour prendre en compte davantage la conciliation entre vie privée et vie professionnelle », constate la générale.

Aujourd’hui, les femmes ont trouvé toute leur place.

La lieutenante-colonelle Dorothée Cloître, référente Violences intra-familiales (VIF) au sein de la gendarmerie nationale, s’est ensuite exprimée sur l’action de la gendarmerie en matière de lutte contre les VIF. Elle a également partagé son expérience en tant que femme. « Pour ma part, je n’ai jamais ressenti le besoin de légitimer plus ma place parce que j’étais une femme », a confié l’officière.

Marlène Schiappa a ensuite accueilli au sein du ministère 200 personnalités engagées, qui ont fait progresser l’égalité hommes-femmes ces cinq années.

En fin de journée, la ministre déléguée a reçu les premières lauréates du programme Marianne, à l'Elysée, "ces combattantes de la liberté qui se battent pour défendre les droits humains". Elle s'est ensuite rendu sous l'Arc de Triomphe afin de raviver la flamme du Soldat inconnu avec Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, et de nombreuses associations.

Parler de l’égalité-diversité

Le 8 mars est également l’occasion de parler de l’égalité professionnelle et de la diversité. À ce titre, la gendarmerie a témoigné de multiples façons. La colonelle Maddy Scheurer, porte-parole de la gendarmerie, a participé à une première table ronde organisée par les Avocats du barreau de Paris, sur le thème « Elles ont osé prendre le pouvoir ! », puis à une seconde organisée par le Quai d’Orsay, sur les échanges de bonnes pratiques en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.

La gendarmerie a également participé à la communication du ministère de l’Intérieur dans le cadre de la résolution 1 325 « Femmes, Paix et Sécurité » du conseil de sécurité des Nations Unies. Celle-ci vise à accroître la participation des femmes à la prévention et au règlement des conflits, ainsi qu’à la consolidation de la paix. La générale de division Bettina Boughani, cheffe de la composante police MINUSMA et la cheffe d’escadron Valérie Vial, conseillère coordonnatrice des services de l’Intérieur dans le cadre de la mission EUCAP Sahel Niger ont alors témoigné de leur expérience. Mais la parole des hommes n’a pas été oubliée ! Des chefs opérationnels ont également partagé leur expérience relative à la présence d’une femme sous leur commandement en opérations extérieures.

Faire connaître l’égalité-diversité

L’enjeu de la journée du 8 mars était également de faire connaître les enjeux de la politique en matière d’égalité professionnelle, ainsi que les dispositifs mis en œuvre, notamment le réseau de référents égalité-diversité existant au sein de chaque périmètre du ministère de l’Intérieur. L’exposition itinérante « Discrimination, c’est NON ! Tous égaux à l’Intérieur » a été lancée sur les différents sites du ministère de l’Intérieur.


© SIRPA Gendarmerie